Mots-clefs

, , , , , ,

Novembre 2012

Alors voilà, 5 mois de stimulation et 17 mois d’essais bébé au total qui n’auront rien donné. Que dalle ! Zéro pointé ! Nada !

Chéri et moi, on commence à être un peu dépités, mais, éternellement optimistes (enfin, on verra par la suite que l’éternité n’est pas éternelle chez nous !! Il ne faut pas pousser mémé dans les orties !! Mais on y reviendra plus tard…), ben on est peut-être un peu naïfs, mais on y croit toujours. On se dit que les inséminations court-circuiteront sans aucun doute le bouzouk. Et précisément, on commence à l’évoquer avec Dr X (ça fait pas un peu acteur porno cette histoire ?! Passons…).

Sauf qu’avant de se lancer dans les iac, Dr X veut s’assurer que tout est ok du côté de mon merveilleux utérus rétroversé. Ah, il faut dire qu’il en a fait s’extasier mon utérus !!! Ben oui, j’ai la chance d’avoir déménagé, beaucoup, du coup, qui dit déménagement dit : changement de gynéco !!! Je vous laisse imaginer, du coup, si on fait le compte avec notre maudite belle aventure pmesque, combien de personnes, hommes et femmes confondus, ont eu le privilège de l’explorer… Combien de fois j’ai entendu des gynécos me dire :

–          « Tout va parfaitement bien Mme Julys !! Vous avez un utérus de compétition !! Rétroversé, certes, mais magnifique !! »

La 1ère fois, je pris peur :

–          « Euh… rétro quoi ? Ca veut dire que…  Bon, on est d’accord hein, je ne veux pas de bébé là tout de suite, mais, si un jour je veux des bébés, il va y avoir souci ? »

–          « Ah mais non !!!!! Ca n’entraîne aucune conséquence fâcheuse sur la grossesse !! Vous n’avez objectivement aucune raison d’avoir des difficultés : soyez rassurée !! »

Et moi, bête et disciplinée, je les ai crus… Remarque, ils ne pouvaient pas prévoir la suite…

Bref, donc Dr X me demande d’aller faire une hystéro machin chose. Après avoir regardé sur les forums, comme bon nombre d’entre nous, en quoi consistait l’examen, j’y suis allée avec un peu d’appréhension. Mais je me suis dit, c’est un peu comme les épilations : « Il faut souffrir pour être belle ! » Bon ben apparemment, il faut souffrir, dans nos cas, pour avoir un bébé…

Donc me voilà rendue au cabinet de radiologie. Je m’étais préparée à montrer mon utérus au radiologue, mais il avait fait appel à un manipulateur radio très intéressé et impliqué dans la tâche !! Je mourrais d’envie de lui dire : « Dégageeeee !!!! Je voudrais bien montrer ma chatte superbe anatomie à qui le mérite et toi, tu ne le mérites pas !! Nan mais o !! » Vous vous en doutez, j’ai été, comme toujours, conciliante et souriante…

Alors voilà le radiologue en train d’essayer de faire passer la sonde. Il y va, il triture, il insiste. Il insiste. Il insiste. 20 minutes plus tard, il me dit :

–          « Bon, je n’y arrive pas. Je n’aime pas ne pas y arriver : ça m’arrive rarement, mais là, impossible de passer. Votre col est obstrué… »

–          « Obstru… quoi ??????? Ca veut dire quoi ???? Au secours !!!!!!!!!!!!! »

–          « Je ne sais pas… Je vous fais un compte-rendu et vous invite à consulter Dr X pour voir avec lui. »

–          « Gloups… »

Je crois que ce jour-là, ce sont les premières chaudes larmes que j’ai versées… Le monde s’écroulait !! Un utérus rétroversé, je fais avec. Les petites particularités anatomiques ne me dérangent pas outre mesure. MAIS PAS UN COL OBSTRUE DANS SA QUASI TOTALITE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et comment qu’ils font les compétiteurs de chéris pour passer ????

Et donc, angoissée, je suis retournée voir Dr X, qui, lui, n’était pas paniqué pour un sou par ce qui, pour moi, était une affaire d’état extrêmement urgentissime !! Franchement, à côté, que tous les sans-papiers, sdf, cancéreux en fin de vie aillent se rhabiller !! Putain, mon col est obstrué !!!!

Il m’explique qu’on va du coup procéder à une hystérocoelioscopie pour contourner le problème, et qu’on ira explorer non pas uniquement mon utérus, mais tout mon intérieur, pour voir si c’est ok. Et qu’au passage, il en profitera pour ouvrir le col.

Rendez-vous est pris 2 semaines plus tard. Je vous passe les détails sur le réveil, où je me suis retrouvée cernée par deux copains : l’un infirmier au bloc que je n’avais pas prévenu (pas envie que lui aussi il voit ma chatte merveilleuse anatomie : d’ailleurs, j’espère qu’il ne l’a jamais vu !!!!!!!!). Il a galéré 4 ans pour avoir sa fille et est OATS, ce qui fait qu’il connait bien le problème : c’est déjà ça ! Et l’autre, infirmière anesthésiste, qui n’avait jamais eu vent de nos difficultés de reproduction… SUPER !!! Ah ben comme ça, machin et machine, et tartampion vont être au courant !!!

Bilan des courses : quelques synéchies, autrement dit des adhérences mais sinon tout va bien. Il a enlevé les synéchies mais a été surpris que j’en ai.

–          « Avez-vous déjà subi un avortement ? »

–          « Non. »

–          « Une opération ? »

–          « Oui, quand j’avais 7 ans, je me suis faite opérer de l’appendicite ! (Même qu’ils se sont rendus compte, ces ânes, que je n’avais finalement pas l’appendicite, mais ils l’ont enlevé quand même, comme ça: « c’était fait ! »)

–          « Ah… Bon ben ça doit être ça. »

A la suite de quoi, Dr X propose qu’on passe aux choses sérieuses. (Parce que pour le moment, on jouait ?!) Donc on attaque les inséminations !!! On a juste à faire la demande de prises en charge à 100% par la sécu et c’est parti mon kiki !!!

Devinez quoi ? A ce moment-là, on y croyait encore, dur comme fer…

Bientôt, notre bébé arriverait…

Publicités