Mots-clefs

, , , ,

Hier était une de ces journées qui avaient mal commencé… Flashback !

4h30 : mes yeux s’ouvrent et mon cerveau entre en action. Il faut savoir que j’ai une fâcheuse tendance à la cogitation extrême et, dès le réveil (même en plein milieu de la nuit !), je peux commencer à penser par exemple à cette chanson, qui trotte dans ma tête :

Puis, je divague en pensant à l’histoire de cette chanson dans ma vie, en repensant à ma vie si merveilleuse merdique parfois souvent. De là, va savoir comment et pourquoi, 5 minutes plus tard j’ai cet air que vous retrouverez sûrement : « Maya, Maya l’abeille. Winnie, Winnie l’ourson. Attention, au bout de trois, une abeille te piquera ! Un, deux, trois… » Moins romantique n’est-ce-pas ?

Le problème, c’est qu’entre la 1ère et la 2ème chanson, j’ignore tout des connexions qui se sont faites dans mon esprit, ce qui fait que même moi, particulièrement à 4h30 du matin (bordel !!), j’ai du mal à me suivre…

Tout ça pour dire que ces temps-ci, je dors peu… Tu me diras, je préfère me réveiller avec un air en tête (aussi niais puisse-t-il être !), qu’en cogitant à la pma, l’infertilité, le prochain rdv avec Dr X, cette pause qu’on s’impose et qui parait si longue…

6h30 : Après avoir écumé les blogs des copinautes, je me lève enfin. (La pma, ça revient toujours plus vite qu’on ne le croit dans notre esprit !) Je veux inscrire cette journée sous le signe de la positive attitude !!! Du coup, je repense à ce projet d’achat immobilier qui nous trotte dans la tête depuis un moment. Quand on a compris que nos essais bébé risquaient d’être beaucoup plus longs que prévu, on s’est dit qu’il était important essentiel de continuer à se projeter positivement. Du coup, on avait contacté nombre d’agences immobilières, visité nombre de biens, sans jamais trouver THE case qui nous convienne… On est si bien dans notre chez-nous actuel, qu’on ne veut pas acheter pour se retrouver dans une maison certes à nous, mais dans laquelle on se sentirait moins bien…

Du coup, on a décidé de partir sur un nouveau projet immobilier : acheter pour faire de la location saisonnière en bord de mer (moins cher, et on garde notre chez-nous dans lequel on se sent bien !).

7h15 : Chéri se lève et, non mécontente de pouvoir enfin partager toutes les annonces que j’ai trouvé avec lui, je me prends un high kick dans la tête lorsqu’il me répond : « On va attendre d’avoir fait le voyage de noce et le mariage et on verra après. » ATTENDRE !!!!!!!!!!!!!!!!!! Putain je hais ce mot !!! Et là, c’est le drame…

Ca fait plus de 7 ans qu’on s’aime, qu’on s’accepte comme nous sommes, qu’on se respecte, qu’on n’imagine pas notre vie l’un sans l’autre. Sur ces 7 ans, plus de 2 ans qu’on essaye de concevoir notre 1er enfant, mais ça ne vient pas, et la vie nous demande d’attendre, d’être patients…

Autour de nous, point de gens patients !! Tous se reproduisent à tout va, investissent dans l’immobilier, se marient, voyagent… Et moi, je me retrouve avec cette fâcheuse impression d’être dans une inertie chronique et de ne pas avoir beaucoup évolué depuis la période post ado. D’ailleurs, pour la peine, je viens de me remettre à fumer !! Fuck la pma et l’hygiène de vie irréprochable !! Je bois (avec modération hein!), je bouffe, je fume et j’emmerde DNLP !!

Bref, donc à l’instant où chéri suggère (avec une infinie sagesse, certes) que nous attendions, je pète les plombs et je lâche les vannes. Je sanglote, je crie, je pleure cette colère que chaque jour j’essaye d’étouffer et j’en veux à la terre entière !!! Putain, j’ai donné !!! Alcoolisme, violence, suicide de la personne la plus essentielle à ma vie, inceste, abandon, j’en passe et des meilleurs… Pourquoi le sort s’acharne ENCORE sur moi ??? Jusqu’où je vais tenir ???

Je n’aime pas ma vie, je n’aime plus les gens, je ne m’aime plus… Je n’aime pas ce que je suis devenue (grosse, aigrie et résignée). Et tout ça, je le dois à la pma. Sauf que ce n’est pas la pma qui a fait ça de moi, mais je suis bien responsable de ce que j’ai laissé la pma faire de moi et ça, ça fout les glandes !!! Parce que je voudrais pouvoir en vouloir à la terre entière de vivre cette injustice-là, mettre un visage sur LE vrai responsable de tout ce bordel (ni cigogne, ni dame nature), mais finalement, ne suis-je pas la seule responsable de ce que je ressens ? Alors comment faire taire tout ça ? Comment être de nouveau heureuse ?

Je me débats comme une lionne pour ne pas sombrer, pour toujours avoir en tête des projets positifs, porteurs d’espoirs, mais ça tombe tout le temps à l’eau… Les projets, Julys, ça n’est pas fait pour toi !! Enfin si, tu peux te projeter à loisir, mais concrétiser tes projets : oublie !!

Et là, je me mets à hurler ma douleur parce que putain, on n’a plus QUE 2 parties au compteur et en bout de course, ce sera peut-être game over… Notre avenir de parents tient à ces 2 FIV qu’il nous reste et je suis tétanisée à l’idée que ce soit terminé… Chéri, avec toute la maladresse qui le caractérise dans ces moments-là, essaye alors de me prendre dans ses bras en me disant : « Mais on va y arriver !! » Putain non, pas toi, ne me dis pas ça !!!! Qu’est-ce que tu en sais si on va y arriver, doudou ? Qui peut le dire ? Alors qu’on arrête, au moins quelques temps, de me laisser croire que ça va marcher !!! Ca peut marcher, oui, mais ça ne va pas forcément marcher…

J’ai compris grâce à tous ces échecs successifs que FIV ne rimait pas toujours avec bébé, et c’est bien ça qui m’effraie…

Publicités