Mots-clefs

, ,

Après des mois de colères et de complaintes en tout genre (contre tout le monde et personne à la fois), aujourd’hui est un grand jour: fini les jémériades !!!

think positive

Il faut dire que chéri et moi avons passé un agréable week-end prolongé, à profiter du soleil, du sable chaud et de l’eau translucide du lagon… Ça permet de relativiser pas mal de chose, pour sûr !

J’ai même brunché avec 2 copines, dont une enceinte du 2ème à C2 (nous l’appellerons Mme C2). Vous savez quoi ? Même pas mal !! Quand elle a commencé à évoquer la couleur de la chambre de bébé, je n’ai pas tiqué: je me suis même intéressée. Quand elle a évoqué dans le détail les cours de préparation à l’accouchement, ainsi que son 1er accouchement, je n’ai pas non plus tiqué: j’ai posé des questions. (Je vous l’accorde, j’avais mon petit démon qui me soufflait: « Grognasse !!! Et moi, à quand mon tour?? », mais j’étais somme toute ravie pour elle.)

Parce que j’ai réalisé que j’étais finalement bien chanceuse et que, dans la vie, nous vivons tous des frustrations. Mme C2, par exemple, a un homme qui bosse à la Croix Rouge et, lors du 1er accouchement, il était en déplacement. C’est donc avec sa mère qu’elle a donné naissance au petiot, ce qui, selon ses dires, était vraiment horrible !! Bon, j’ai bien pensé l’espace de quelques secondes qu’elle avait bien de la chance d’avoir une maman, mais je me suis dit : « Il ne s’agit pas de toi !! Arrête d’être égocentrique !! » Car oui, d’une certaine façon, la pma a cette fâcheuse tendance à faire de moi une personne centrée sur elle-même. Combien de fois, à l’annonce d’une grossesse ou d’une naissance, je me suis surprise à penser : « Et moi ? »

Aujourd’hui je dis : « STOP ! » Car il faut bien admettre que cette discussion avec Mme C2 m’a ouvert les yeux… Quand elle m’a demandé comment j’allais, j’ai répondu que j’en avais un peu marre, qu’autour de nous, tout le monde réalisait des projets de vie (bébé, achat immobilier, déménagement…) et que j’avais un peu l’impression de rester sur le quai de la gare à regarder des wagons d’amis prendre le train. Ce à quoi elle m’a répondu : « Mais vous voyagez bientôt, non ? » Ah ben oui, c’est vrai… Ça c’est rudement positif !!! Dans exactement 17 semaines, à nous le voyage de noce en Afrique Australe !!! Heureusement que Mme C2 était là pour me le rappeler, sans ironie aucune, car dans mon esprit, c’était tellement loin que je n’y pensais même plus à ce projet pourtant si positif…

Et qui dit voyage de noce, dit mariage !! Combien de femmes peuvent se targuer de s’être mariée 2 fois avec le (même) homme de leur vie, en 14 mois ? Rien n’est impossible à Julys et chéri !!! Qu’ils sont beaux, qu’ils sont forts !! Ils ont plein de projets à concrétiser !!

Et là, Mme C2, qui m’avait déjà expliqué ô combien c’était difficile pour elle d’accepter que Mr C2 ne veuille pas se marier, exprime une forme d’envie vis-à-vis de moi : elle aussi elle aurait voulu épouser l’homme de sa vie, le père de ses enfants, mais il refuse. La conséquence, c’est qu’elle ne peut pas porter le même nom que ses enfants et elle le vit très mal.

Et là, je comprends… Je comprends que ça fait des mois que je ne suis pas fichue de voir à quel point je suis chanceuse, que je passe mon temps à me plaindre de cette injustice absolue que Dame Nature (que je n’appellerais pas La Pute aujourd’hui…) nous impose, en me disant que nous sommes les plus malheureux du monde, de la terre et de l’univers alors que… même les fertiles ont des frustrations et des peines !!! :-O Ok, ça sonne un peu comme une révélation, mais c’en était une quelque part pour moi…

Finalement, on envie souvent les « fertiles » alors qu’ils ont tous, sûrement, leur lot de colères, de frustrations et de soucis… Et l’ironie du sort, c’est qu’une de ces « hyper fertiles » m’envie, moi, Julys !! Ce n’est pas la grande classe ça ?

Ces derniers temps, la pma m’a tout fait remettre en cause : mon boulot, ma vie dans ces contrées lointaines, mes amis… Mais finalement, elle m’a rendu service, car oui, je suis chanceuse, pour toutes ces raisons et même plus encore :

1. Lorsque je serai mère (noter l’emploi du futur, et non du conditionnel !), chaque jour je saurai quelle chance j’ai de serrer notre petit bout dans nos bras, de le voir rire aux éclats et de le voir découvrir les choses de la vie avec curiosité et effarement parfois. Et ça, c’est grâce à la pma, d’une certaine façon…
2. Chéri et moi, on s’aime chaque jour un peu plus et je crois que, grâce à la pma, on a une forme d’admiration l’un pour l’autre car oui, quelle force nous avons pour surmonter toutes ces épreuves en se relevant chaque fois…
3. J’ai la chance d’avoir drôlement augmenté mon bagage lexical gynécologique et ça, oui mesdames, ça n’est pas donné à tout le monde !! D’ailleurs, je m’en vais de ce pas essayer de placer le mot « hystérosalpingographie » lors de ma prochaine bouffe entre amis.
4. J’ai fait de nombreuses rencontres enrichissantes (médecins, biologistes, infirmiers, psy, ostéo, acupuncteurs, pmettes, blogueuses…).
5. J’ai réalisé ce qu’était le vrai bonheur, le jour où j’ai croisé le vrai malheur, et ça non plus, ça n’est pas donné à tout le monde. Bon, j’en avais déjà eu une vague idée par le passé, mais cette idée du bonheur n’a fait que se renforcer ces derniers mois.
6. Chéri et moi nous sommes mariés (et nous remarierons), alors que ça n’était pas du tout dans nos projets au départ… Mais demande d’agrément oblige + amour renforcé et inconditionnel = 2 mariages pour le prix d’1 !!
7. Nous avons découvert certaines facettes de nos amis, ce qui, parfois, nous a permis de faire du tri…
8. Nous avons ressenti ce manque démesuré de nos familles et ça aussi, c’est plutôt positif. Se dire qu’elles nous manquent nous montre simplement à quel point nous les aimons !!
9. Nous avons réalisé que ne pas avoir d’enfant, ça pouvait aussi, parfois, être une chance. Du coup, nous avons : voyagé dans différentes contrées, organisé des soirées improvisées, (re)pris le sport (ou essayé, ce qui n’est déjà pas si mal !), adopté 2 chats supplémentaires que nous aimons très (trop ?) fort…
10. L’espace de quelques longs mois, nous avons eu une hygiène de vie (presque) irréprochable, ce qui n’était pourtant pas gagné d’avance…

Bref, pour tout ça, merci qui ? Ben merci la pma !!

Publicités