Mots-clefs

, , , ,

« L’horloge tourne, les minutes sont torrides et moi je rêve, d’accélérer le temps !! »

Bon ben voilà, je rêve de faire un bon dans le temps. Je rêve, comme un certain nombre d’entre nous, d’être à la fin de l’année 2014, car au moins, nous serons fixés sur notre sort…

Le scénario est simple: il nous reste 1 tec (a priori) et 2 fiv… Rien que de l’écrire, mon cœur se serre… Je crois que je suis tétanisée par la peur… Alors, comme pour conjurer le sort, je m’imagine les deux suites possibles…

On est en août 2014. L’été s’est installé et les éventails sont de rigueur car la canicule se fait menaçante. Julys se trouve jolie. Elle se regarde dans le miroir et pousse un profond soupir. Dans quelques minutes, c’est certain, sa vie prendra un nouveau tournant !! Ils sont tous là, ou presque, pour assister à l’évènement. Julys le sait, au moment fatidique, son cœur va se serrer et toutes ses pensées seront tournées vers celle qui lui a donné la vie… Ces pensées se voudront joyeuses et reconnaissantes, et non tristes et rancunières !! Elle le sait: si elle en est là, aujourd’hui, c’est grâce à ses parents. Ils lui ont fait le plus beau des cadeaux: ils lui ont donné la vie, en respectant toujours ses choix et en lui faisant confiance !! Il n’y a rien au monde de plus précieux… Julys sort de sa rêverie et se dirige vers lui. Il est beau, comme toujours !! Ils se découvrent et l’émotion les étreignent. De petites larmes viennent embrumer leurs yeux. Ils irradient de bonheur et de sérénité !! « Ces deux-là, dit tatie Josette, ils s’aiment drôlement !! » Vient le moment tant attendu: celui du discours. « Nos chers familles, nos chers amis, nous sommes ravis de vous avoir à nos côtés pour célébrer l’un des plus beaux jour de notre vie !! Nous avons une pensée émue pour toutes ces étoiles parties trop tôt rejoindre le ciel. Elles guident constamment nos pas dans l’obscurité de la nuit… La vie n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Nous avons traversé bien des épreuves, qui n’ont fait que renforcer notre amour inébranlable. Notre vie à deux nous a offert des rencontres, des voyages, des découvertes, des fous rires… C’est aujourd’hui ce que nous souhaitons retenir. Et à présent, il est temps pour nous de partager tous ces moments de bonheur car ne dit-on pas que le bonheur n’a de sens que lorsqu’il est partagé…? » A ce moment précis, leurs mains s’entrelacent sur le ventre rebondi de Julys. Tout le monde avait bien remarqué son ventre légèrement arrondi, mais personne n’osait y croire… La foule en délire applaudit à tour de bras et beaucoup sont émus aux larmes !! Les félicitations fusent et pour la première fois depuis longtemps, Julys et chéri acceptent sans retenue tous ces vœux de bonheur qu’on leur adresse. Oui, aujourd’hui, ils s’autorisent enfin à y croire… Dans quelques mois, juste avant Noël, ils ne seront plus 2…

On est en décembre 2014. Julys et chéri ne sont pas à la fête. Dans leurs mains, fébrilement, ils tiennent un papier qui va à jamais changer le cour de leur vie. Quelque part, ils n’ont pas envie de l’ouvrir, pour prolonger un peu l’espoir que tout est encore possible… Mais ils sont également partagés avec le besoin d’en finir avec ce mauvais suspense, la nécessité d’être enfin fixés, après des années de combat. Les mains tremblantes, ils déchirent l’enveloppe. Ils prennent une profonde inspiration, comme pour se donner du courage. Ce moment-là, si intense, il n’appartient qu’à eux… Personne ne peut comprendre ce qu’ils ressentent au plus profond de leur être. Il faut être à leur place pour savoir… Ce qui traverse leur esprit? Des sentiments ambivalents: la peur, la colère, l’impatience, la libération imminente, la tristesse… Allez, c’est le moment !! Ils ouvrent le papier. En même temps que leurs yeux parcourent cette maudite feuille, ils s’embrument et leur cœur se fissure… Les larmes jaillissent, silencieuses. Ils s’enlacent et pleurent tout leur saoul. Cet instant semble durer une éternité. Le temps est suspendu à leurs sanglots. Non, leur enfant n’aura pas le sourire espiègle de leur maman, ni le joli nez patate de leur papa. Il n’aura pas les yeux de sa grand-mère ou les cheveux de sa tante. Tout au plus il héritera de l’humour de leur oncle, la générosité de ses parents, la douceur de sa grand-mère, l’espièglerie de sa cousine… C’est déjà beaucoup, direz-vous, mais là, tout de suite, à cet instant précis où leur vie vient de basculer, Julys et chéri, ils s’en foutent !! Leur vie vient de s’arrêter et ils ont besoin de temps… Du temps pour accepter, du temps pour pleurer, du temps pour libérer des années de doutes, d’espoir, de frustration, de douleur… Et surtout, le triste constat qui s’impose immédiatement, c’est qu’ils ont encore besoin de temps, peut-être beaucoup de temps, pour, par un autre chemin, arriver enfin à ne plus être 2 dans leur grande maison bien vide…

Voilà, même si le timing n’est pas le même, à quoi devrait ressembler l’année 2014. Je ne suis sûre de rien. Ma seule certitude, c’est que putain, je vais devoir investir dans les kleenex, parce que quoiqu’il arrive, elle va m’en faire verser des larmes cette année à venir !!!

 

Publicités