Mots-clefs

, , , , ,

A l’aube du J1 de mon 33ème cycle, j’ai l’impression d’avoir retrouvé un peu de sérénité…

Mon 32ème cycle avait débuté juste avant notre voyage de noces. Je suis donc allée consulter mon acupunctrice, car j’étais extrêmement épuisée et émotive. En fait, comme d’habitude, je présentais tous les symptômes du Syndrome Pré-Menstruel. Quand j’ai évoqué cette piste qui à mon sens justifierait mes sautes d’humeur, elle m’a carrément prise au sérieux !!
Pour la petite histoire, cette acupunctrice est une ancienne psychiatre, reconvertie à la médecine homéopathique et à l’acupuncture. Actuellement, elle suit une formation d’hypnose. Bref, autant vous dire qu’elle a toutes les casquettes qui peuvent séduire une pmette désespérée en recherche de sérénité. Brillante, adorable, d’une douceur apaisante, elle se montre toujours empathique, bienveillante et efficace.

Elle connaissait donc le SPM et m’a même confié avoir vu des femmes qui présentaient toutes les caractéristiques d’une dépression profonde avec ce syndrome. Pédagogue, elle m’a alors expliqué comment s’expliquait ce syndrome. Alors, pour faire simple compliqué, au moment des règles, on a une chute de la sérotonine, ce neuromédiateur responsable notamment de l’humeur. Donc, pour compenser cette chute de la sérotonine, qui peut avoir une incidence sur notre humeur, il suffit de prendre un complément de tryptophane (acide aminé qui produit la sérotonine). Vous n’avez rien compris? Ok, c’est normal !! Pour résumer tout ça, il faut retenir qu’en prenant Neurobiane, un complément alimentaire à base de tryptophane, vous pourrez dire adieu à vos vieilles angoisses prémenstruelles !!! Elle est pas belle la vie?

Bref, je n’ai pas pris de médocs (si ce n’est l’anti-palu) durant tout le voyage, mais à mon retour, j’ai recommencé ma cure. Et ben ce mois-ci, j’ai l’impression que c’est moins violent…

A part ça, passé le choc du retour, je me suis rendue à mon 2ème stage de psychogénéalogie, prévu de longue date. Et ben je n’ai pas été déçue du voyage !! Pour résumer, ma grand-mère a eu ma mère par accident, a commis un ivg contraint par la suite puis a eu ma tante à… 33 ans !! Seul enfant désiré dans l’histoire…
Aujourd’hui, je vous le donne en mille? Je fonce sur mes 33 ans et c’est mon 33ème cycle d’essais !!! Ca en fait des 33… Je prends ça comme une lueur d’espoir en y voyant peut-être un signe…

A part ça, j’ai compris que mes grands-parents et mes arrières-grands-parents maternels se sont mariés pour un enfant. Les femmes de cette famille avaient donc une propension à se faire engrosser sans le vouloir, « par accident ». Bon, on voit que ça, ça n’est pas héréditaire… Ou alors il faudrait peut-être que j’arrête de vouloir ce gosse pour qu’il arrive?
Bref, qu’est-ce qu’on a fait au mois de juin Chéri et moi, je vous le donne en mille?? Ben on s’est marié pour un enfant, en vue de l’adoption !!

Enfin, sans vouloir rentrer dans les détails sur ce qui va suivre, je dirais que j’ai compris que j’avais passé ma vie à vivre pour et par les autres. Je me rends compte que je n’ai pas eu d’enfance et que j’ai porté beaucoup de sentiments qui ne m’appartenaient pas, comme cette colère et cette peur qui me suivaient depuis longtemps… Et hier, non sans douleur, j’ai accouché de cette colère en la rendant symboliquement à ceux à qui elle appartenait. Au moment de l’expulser, je ressentais physiquement une douleur vive et insupportable au niveau lombaire, qui me bloquait complètement. J’ai alors appris que ça correspondait à des douleurs d’accouchement…

Si bien qu’aujourd’hui, je ne sais plus trop qui je suis. Je me suis construite sur quelque chose qui ne m’appartenait pas et que j’ai restitué à qui de droit (en l’exprimant et en l’extériorisant). Je me sens donc comme une enfant qui doit réapprendre la vie… Je ne me sens pas particulièrement en danger et je suis plutôt sereine, mais j’avoue que j’ai un peu peur de cet inconnu qui s’ouvre devant moi.

A l’heure du bilan, je suis un peu en mode: « Qui suis-je? Où vais-je? Dans quel état j’erre? »

J’ai la conviction que tout ça m’aura finalement fait le plus grand bien, mais là tout de suite, je ressens surtout une immense fatigue et un certain soulagement.
Quant à l’avenir, après une discussion avec Chéri au sujet de notre voyage de noces (que j’avais l’impression d’avoir gâché…), j’ai appris qu’il savait que ça marcherait. Tout comme Dr Bisounours. Tout comme la psy.

Alors pour la 1ère fois depuis longtemps, j’en viens à la conclusion que oui, sûrement, ça finira par marcher. Jusqu’à aujourd’hui je ne l’entendais pas, parce que j’y ai trop cru et j’en ai trop souffert, mais de nouveau, j’ai vraiment tendance à y croire…

Pour la suite des aventures, on devrait avoir rendez-vous dans la semaine avec Dr Bisounours et mercredi pour le compte-rendu du rapport que Mme Douceur a rédigé en vue de l’agrément.

Publicités