J’ai toujours aimé écrire. Particulièrement dans les périodes difficiles de ma vie… J’ai écrit à titre posthume à ma mère. J’ai écrit à des proches pour apaiser des conflits. J’ai écrit une lettre de rupture. J’ai écrit des déclarations d’amour. Ado déjà, je me souviens qu’avec  ma BFF de l’époque, on s’écrivait de longues diatribes, en refaisant le monde à notre image…

En cette période de DPO (11 aujourd’hui !!), je commence à sentir un pressant besoin d’écrire pour m’occuper l’esprit. Et je me rends compte que j’ai tant de choses à dire !!

Je voudrais te parler de cette amie qui, un soir de décembre, lors d’une soirée animée, s’était confiée à moi sur des parties très intimes de sa vie. Cette amie avait une relation compliquée avec son amoureux, de bien 20 ans son aîné. Alors qu’elle se confiait à moi sur l’inceste qu’elle a subi par son frère, le déni des parents, etc…, j’avais l’impression que plus personne n’existait autour de nous. Nous étions dans une bulle faite de confidences et de confiance. Puis elle a évoqué son désir de devenir mère. On était donc en décembre, et samedi, j’ai appris par un autre couple d’amis qu’elle était officiellement enceinte. Alors oui, j’ai eu ce petit pincement au cœur. Elle est en couple depuis moins longtemps que nous, son mec est très trop? vieux, elle est tombée enceinte à C1… MAIS, j’ai aussi été profondément heureuse pour elle. J’ai horreur quand on dit d’une femme enceinte qu’elle le mérite. Parce que le mérite n’a rien à voir dans tout ça. Est-ce que les pauvres galériennes qui multiplient les échecs ne le méritent pas?? Bref, j’ai du mal avec cette notion de mérite, mais pourtant, pour cette amie, je serai tentée de dire qu’elle le mérite ! Ou plutôt, que c’est un juste retour des choses. Oui, c’est ça: c’est juste !!

Je voudrais aussi te parler de cette copine qui, après une endométriose assez sévère, est tombée enceinte à FIV 1. Quand je l’ai connue, elle venait de se faire opérer et elle s’apprêtait à passer par la case FIV. Qu’est-ce que je les trouvais beaux son Chéri et elle !! Ils avaient l’air si amoureux… Un peu le couple idéal, que tu verrais sur papier glacé… Puis leur fille est née. Les mois ont passé. Leur relation s’est étiolée. Ils n’avaient pas les mêmes principes éducatifs… Cette semaine, j’ai appris qu’elle avait fait ses valises le week-end dernier, et qu’elle était partie, avec sa fille… Ce que ça m’inspire? Une certaine crainte… Parce qu’on se figure souvent qu’une fois qu’on sera parents, le plus dur sera derrière nous. Que le couple ayant traversé toutes les épreuves pmesques, il sera forcément capable de surmonter toutes les épreuves de la vie !! Mais que nenni… Et ce n’est pas le premier exemple dont j’entends parler…

Ceci étant, j’ai toujours considéré qu’un couple, par essence, c’était fragile. Avec ou sans PMA! Et j’ai toujours mis un point d’honneur à ne jamais avoir l’impression que les choses sont acquises… Je crois qu’il faut réaliser le bonheur quand il est là et se rendre compte que la vie qu’on partage aujourd’hui avec l’être aimé, c’est véritablement ce qu’il y a de plus précieux… Qu’on doit tout faire pour ne pas gâcher ce qu’il y a de beau et qu’on doit toujours garder à l’esprit cette possibilité qu’on peut perdre l’être aimé. C’est sans doute le meilleur moyen de prendre soin de son couple et le plus beau cadeau qu’on puisse lui offrir !

Je voudrais également te parler d’un article que j’ai lu hier sur Le Point. Voici le lien:

GPA: le droit ne peut demeurer la tête dans le sable

J’ai trouvé les propos de cette professeure de droit particulièrement pertinents. Et engagés, une fois n’est pas coutume ! Comment peut-on autoriser la nationalité française à des enfants, tout en refusant la transcription de leur état civil? Comment peut-on refuser de légitimer les deux parents? En niant totalement l’intérêt de l’enfant et son intégrité psychologique? Comment cet enfant pourra grandir sereinement, sans risque de développer un trouble identitaire profond? Ni d’ici, ni d’ailleurs. Apatride en quelque sorte. Enfant de personne… Chose que je fais rarement, j’ai eu envie de lire l’avis de mes chers CONcitoyens sur le sujet. Ah ben j’ai pas été déçue du voyage !! Je te laisserai lire par toi-même si tu as le courage. Je t’assure, c’est intéressant et il me plait de penser qu’il faut connaitre son ennemi pour mieux le combattre (l’ennemi, ici, étant le ramassis de conneries les idées reçues…).

Enfin, je voudrais finir sur une note positive. Hier, dans son article, 28 JEDB  nous invitait à formuler un vœu, en regardant cette étoile filante qui m’a tant émue. Un vœu pour elle, pour moi, pour nous toutes… Ca m’a donc donné envie de faire brûler une nouvelle lanterne, comme ce fameux soir du réveillon

P1060489

Avec Chéri, on était comme deux gamins qui voyaient le Père Noël !! On faisait le tour de la maison en courant, pour ne jamais quitter notre lanterne magique des yeux… Et j’ai pensé très fort à moi, à toi, à nous toutes, sans jamais quitter notre petite flamme des yeux. Elle est montée si haut, tout là-haut ! Et au moment où elle s’apprêtait à toucher les nuages, elle a amorcé sa descente, doucement, tranquillement… On était là, tous les deux, à contempler nos vœux et on y a cru, très très fort !

Cet instant si hors du temps m’a fait repenser au défi lancé par Flhope hier. Pour celles qui ne l’ont pas vu, elle m’a demandé de prendre une photo qui parlerait un peu de moi, pour que vous soyez un peu plus proches en cette période d’attente interminable.

Et là, l’évidence ! Je vous laisse voir par vous-mêmes…

P1060499

Je vous laisse essayer d’interpréter le sens de cette photo qui me parle beaucoup… La scène s’est passé hier soir, dans un petit coin perdu dans les hauteurs de La Réunion…

Publicités