Mots-clefs

, ,

Pour pas que tu crois que je suis une guerrière que rien n’atteint et que je ne suis que force, courage et optimisme, il faut quand même que je te dise que j’ai beaucoup chialé hier. Et au réveil aussi, quand j’ai réalisé que tout ça n’était pas un vilain cauchemar. C’est bien une des premières fois où je me réveille avec des larmes qui perlent en silence le long de mes joues.

J’ai mal. J’en ai marre. Je suis fatiguée. Je suis en colère.

Mais dans tout ça, il y a Chéri. Chéri qui m’a serrée si fort dans ses bras en me disant que lui aussi était triste. Chéri qui a mêlé ses larmes aux miennes, dans un instant si intense et si fort. Je lui ai alors dit qu’on était drôlement chanceux de partager des moments aussi forts ensemble. Et que ce qu’on partageait était si précieux! Puis il m’a dit, en resserrant son étreinte: « On vieillira ensemble, et j’imagine déjà nos deux mains enlacées toutes frippées… »

Et là, j’ai eu l’image de cette scène, dans Titanic. Paye ta référence! Ouais ben en attendant, je suis sûre que toi aussi tu l’as vu au moins une fois dans ta vie, avoue! Cette scène, ce n’est pas celle de la voiture ! Je n’étais pas d’humeur ponesque au réveil figure-toi… C’était celle avec ce couple de vieux, en plein naufrage, qui s’enlaçaient tendrement en laissant faire les choses. Ils comprenaient bien qu’ils ne maîtrisaient rien, alors ils ont attendu… Quand j’ai pensé à cette scène, j’ai dit à Chéri: « Tu sais, Chéri, ça va aller… On va surmonter tout ça et en ressortir encore plus forts! »

couple titanic

Quelques minutes plus tard, on a retrouvé la force de rire. Ne me demandez pas à quel sujet, je ne m’en souviens plus. Mais ce que j’ai retenu, c’est que malgré la douleur et la peur, on a rit !!

J’ai donc pensé à toutes ces jolies choses qui faisaient que malgré tout, on avait bien des raisons d’être heureux !

J’ai pensé à nos chats. Je pourrais écrire un roman sur eux. Chacun a sa petite spécificité. On en a 4 !! Je vous laisse imaginer comme ils remplissent cette maison bien vide !! En lieu et place des gazouillis ou autres pleurs d’enfants, nous avons droit à des miaulements, toujours différents en fonction du contexte. Et parfois, quand ils se chamaillent, on les entend se cracher dessus comme des ados qui ne se supportent plus.

J’ai pensé aux voyages qu’on a fait et qu’on fera.

A toutes ces sorties partagées.

J’ai pensé qu’on avait un toit sur la tête et de quoi très bien manger dans nos assiettes.

J’ai pensé qu’on avait le choix de devenir propriétaire d’une jolie maison (ou pas), et que quand même, ça n’était pas donné à tout le monde. ça non plus.

J’ai pensé que bientôt nous allions nous dire OUI autour d’une cérémonie intime, dans un cadre qui nous tient à cœur.

J’ai pensé à ces projets de reconversion qui me font tantôt vibrer, tantôt paniquer.

J’ai pensé à tout ce chemin parcouru depuis ce jour de juin 1981 qui m’a vu naître. Et j’ai aussi vu tout le chemin qu’il nous restait à parcourir… Ce chemin, il peut être beau et lumineux ! Il faut juste encore un peu de temps…

 

 

 

Publicités