Je ne pensais pas vous écrire si vite (mais vous êtes ma drogue). Je profite d’une insomnie pour partager avec vous les instants de bonheur que nous venons de vivre…

Après presque 19h de voyage, entre aéroport et gares, nous sommes arrivés à bon port (sans crash donc!).

Vous ai-je déjà dis à quel point j’aime les gares et les aéroports? J’aime ces lieux de rencontre et de séparations, où la vie grouille et où on peut saisir plein de bribes de vie: des rires, mais aussi des larmes. Larmes de joie, de tristesse, ou d’amour…

À chaque fois, c’est pour moi l’occasion d’imaginer la vie de ceux qui m’entourent. De lui, d’elle, mais aussi d’eux…

L’éponge que je suis se laisse alors envahir par toutes ces émotions qui vibrent à l’unisson.

Il était 23h15 quand on est descendu de notre dernier train. La première sensation qui m’a envahi,  c’est celle du froid. Nan mais allo??? T’es en été, mais il fait plus froid qu’en hiver à La Réunion !!

J’aime autant vous dire que j’espère un bon gros épisode caniculaire sans orage pour dans 13 jours…

On n’avait pas le temps de tergiverser sur ces considérations climatiques puisqu’on était attendu pour une bringue familiale, un cousin célébrant son anniversaire.

Que d’émotions quand j’ai poussé la porte du lieu de réception et que toute ma famille m’a accueillie à bras ouverts. Ils étaient tous réunis et leur étreinte remplie de retenue trahissait leur joie de nous revoir.

1 an, c’est si court et si long à la fois…

Il y avait mon père, inexpressif, comme d’habitude, mais heureux. Mon frère, ma belledoche, mes oncles et tantes, mes cousins, mon beauf et ma frangine qui,  me voyant arriver,  m’a serré si fort dans ses bras, en criant son bonheur et son amour.

S’en est suivi,  sans répit, une soirée fortement alcoolisée pour célébrer tout ça. Refusant l’idée de se quitter si vite, on a finalement décidé de prolonger les retrouvailles fraternelles chez mon père, qui pour la 1ère fois sans doute depuis bien longtemps, ne s’était pas réveillé dans sa maison, entouré se ses 3 enfants et de leurs amoureux.

Si ça c’est pas le bonheur,  ça y ressemble…

Le lendemain (hier), après avoir fait un checking point sur tous les colis contenant notre future déco de mariage (on ne va pas chômer!), on est allé chez mes beaux-parents. Rarement démonstratifs, on a senti à quel point ils étaient heureux de nous revoir.

Puis il y a eu ce passage avec mes nièces à qui,  m’ayant réclamée toute la journée auprès de leur mère, on a fait la surprise d’aller voir. Quelle joie de les revoir !!! Elles ont tellement changé et grandi…

1 an, c’est si court et si long à la fois…

Voilà, cet article déborde de mièvrerie, mais vous supportez parfois mes jérémiades, alors je tenais à partager mon bonheur.

Je sais que ce qui se joue dans nos vies en ce moment est essentiel pour la suite…

On rentrera sur notre caillou remplis. De bouffe, d’alcool, de rires, d’amour et d’émotions partagées.

Parce que quel aurait le sens de tout ça si ça n’était pas partagé?

Oui, il y a bien eu cette maladresse de ma belledocge au sujet des couples pour lesquels l’adoption est miraculeuse, mais je ne retiens que le positif !!

La suite avec les résultats de la biopsie et de la commission pour l’agrément…

 

Publicités