Mots-clefs

,

Dans la vie, il y a des priorités. Mon grand défaut, en plus d’être parfois un poil trop naïve, c’est de faire passer l’autre avant moi. Mais je suis comme ça, et je crois qu’on ne me changera pas.

Avant d’en venir aux nouvelles fraîches que vous attendez toutes avec impatience, je voudrais rendre hommage à notre Zelda, une fois de plus, en paroles et musique:

Lève toi c’est décidé
Laisse-moi te remplacer
Je vais prendre ta douleur

Doucement sans faire de bruit
Comme on réveille la pluie
Je vais prendre ta douleur

Elle lutte elle se débat
Mais ne résistera pas
Je vais bloquer l’ascenseur
Saboter l’interrupteur

Mais c’est qui cette incrustée
Cet orage avant l’été
Sale chipie de petite soeur?

Je vais tout lui confisquer
Ses fléchettes et son sifflet
Je vais lui donner la fessée
La virer de la récrée

Mais c’est qui cette héritière
Qui se baigne qui se terre
Dans l’eau tiède de tes reins?

Je vais la priver de dessert
Lui faire mordre la poussière
De tous ceux qui n’ont plus rien
De tous ceux qui n’ont plus faim

Dites moi que fout la science
A quand ce pont entre nos panses?
Si tu as mal là où t’as peur
Tu n’as pas mal là où je pense!

Qu’est-ce qu´elle veut cette conasse
Le beurre ou l’argent du beurre
Que tu vives ou que tu meurs?

Faut qu’elle crève de bonheur
Ou qu’elle change de godasses
Faut qu’elle croule sous les fleurs
Change de couleur
Je vais jouer au docteur

Dites moi que fout la science
A quand ce pont entre nos panses?
Si tu as mal là où t’as peur
Tu n’as pas mal là où je chante!

Tes mots m’ont profondément touchée ma belle Zelda, parce que j’ai connu cette envie que parfois on peut avoir de tout arrêter, tout envoyer valser. Parce que ça fait trop mal et qu’on n’en voit pas la fin… Je ne l’ai pas connu personnellement, mais j’ai connu une personne (ma mère) qui a choisi de tout arrêter quand j’étais encore trop très jeune. Il faut dire qu’elle en chiait des ronds de chapeau, avec des parents complètement absents et si peu compréhensifs face à sa douleur… Une douleur psychologique, uniquement… Alors toi, toi ma belle Zelda, qu’est-ce que t’es courageuse bordel !!!! Parce que tu supportes le combo psy + physique… Si j’avais pu, du fond du coeur, j’aurais pris SA douleur… Mais aujourd’hui, « Je veux prendre TA douleur » ❤

Je veux continuer en vous remerciant toutes du fond du coeur pour ce que vous êtes et ce que vous n’êtes pas. Vous êtes des gentilles, des généreuses, des courageuses, des fortes, des cyniques parfois, des drôles, des putain de belles personnes capable d’auto-dérision !!! J’ai tenté de comprendre l’incompréhensible suite à ce qui s’est passé ce week-end… Mais vous savez quoi? Ce que vous n’êtes pas, c’est des personnes méchantes, qui cherchent à faire du mal sciemment en s’en délectant… Et pour ça aussi, je vous aime !!

Revenons-en à mes aventures fivesques. Tout s’est merveilleusement bien passé. Je crois qu’on n’aurait pas pu espérer mieux. Est-ce la Routourne, les trèfles, les voeux, les tresses, les doigts croisés, les pensées…?

Mais tout a commencé sous les meilleurs hospices. 6h50, on arrive avec un léger retard au labo qui, comme à son habitude, est bondé. On tire le n°93. Le 9 et le 3 sont des chiffres porte-bonheur… Quand Chéri va voir la secrétaire en disant d’un air emmerdé que je dois être au bloc à 7h et qu’on voudrait juste récupérer les étiquettes (qui me suivent partout pour être sûr qu’on ne me féconde pas le boule avec la semence d’un autre), il se fait avoiner la tronche par la nana qui lui dit: « Ben va falloir attendre !! On doit les imprimer donc patienter en attendant qu’on vous appelle!! »

Lui, fidèle à lui-même, rétorque sèchement: « Ok, ben on arrivera en retard alors… », en levant les yeux au ciel. J’aime cet homme !! Il est toujours en apparence calme, mais il lance des petits phrases un peu piquantes parfois.

Résultat, elle a dû prendre pitié parce qu’on a eu les étiquettes juste après.

D’habitude, Chéri m’accompagne jusqu’au service ambulatoire puis il repart faire son affaire. Mais là, la glaciale secrétaire lui dit qu’il doit aller directement faire le « prélèvement » (autrement dit, se palucher…).

Me voilà partie seule, errant comme une âme en peine dans les couloirs. Nan, en fait, j’étais super déterminée et détendue !! ENFIN, on y était… Je n’aime pas spécialement ces locaux, cette clinique, ce centre et tout ce qu’on y a vécu, mais j’étais quand même contente qu’on arrive à cette seconde étape: la ponction !!

Je passe sur l’accueil fort sympathique de la secrétaire pour en venir à la scène qui m’a émue. Une infirmière qui attend d’être seule avec moi, juste avant d’entrer au bloc, pour me dire discrètement: « J’ai eu mon enfant à la 3ème… » Pas tellement sûre qu’elle parlait de FIV (ça aurait pu être une C3 d’où la 3ème tentative…), je lui ai posé la question, à laquelle elle a acquiescé. Je lui ai souris et je l’ai remercié, en lui disant que j’espérais que ça me porterait chance… Puis elle s’est caressé le ventre, avec lequel je n’avais fait aucun compte jusqu’à présent et m’a dit: « Celui-ci, il est arrivé naturellement… »

Oh putain, elle aussi, je l’aime !!!

Bon, je dois avouer que jusqu’à présent, malgré cette bien jolie rencontre, j’étais un peu déçue… Dave (l’infirmier anesthésiste) n’était pas là et l’infirmier de bloc, fort sympathique au demeurant, n’avait ni la douceur de Dave, ni celle de Mme Soleil (l’anesthésiste pour rappel).

Alors quand il m’a fait pénétrer dans le bloc en me disant que j’étais une VIP, et que j’ai vu les deux réunis (ce qui ne s’était jamais produit), j’ai lâché un: « Oh, Dave !!! Je suis contente de te voir (on se tutoie… 3 FIV, ça crée des liens!). » Et là, qui vois-je? La cerise sur le gâteau: Dr Soleil en personne !!! Ils avaient l’air ravis de me voir et on a cassé la blague tous les 3 dans une ambiance très détendue et très conviviale. Jusqu’à ce que………………… il n’y ait plus personne. Seulement une plage de sable blanc dans lequel j’enfonçais de plus en plus profondément mes pieds, me laissant guider par Dr Soleil. Beau moment !!

Je le sais que tu trépignes en te disant: « Bordel, elle va le lâcher son nombre d’ovocytes?? » Patience…

J’ai eu beaucoup, beaucoup de mal à émerger. Il paraitrait que quand on m’a demandé si j’avais la nausée au réveil j’ai acquiescé, mais je n’en n’ai aucun souvenir. Du coup, Dave me disait que j’étais une menteuse.

Pendant ma petite collation, Dr Dino himself est venu me saluer en me disant qu’il était content. J’avais su qu’on avait récolté 8 tubes…

Quand on est arrivé dans son cabinet, il nous a posé un papier sous le nez, d’un air victorieux, en me disant: « Vous avez bien travaillé!! »

15 !!! Tain, ayé, en l’écrivant, je réalise et j’en ai les larmes aux yeux… 15 ovocytes ponctionnés !!!!! Qui l’eut cru? Pas moi… C’est au-delà de tous les pronostics.

Alors je suis heureuse… Vraiment, vraiment heureuse. Et je savoure cet instant. Parce que j’ai bien conscience que ça n’est qu’une étape et qu’il y en a encore quelques unes à passer… Mais ça, c’est fait !!!!!

Dr Dino m’a fait mourir de rire (quoique mollement parce que j’étais encore sous l’effet de l’AG) quand il m’a dit: « Bon ben vu que vous le voulez votre bébé, on va tout faire pour et vous viendrez pas vous plaindre. Hop, on va vous mettre des piqûres dans les fesses!! » Moi de le conjurer que NON !!!! Mais SI… Je rêverai un jour de lui rendre l’appareil…

Bon donc la suite, c’est qu’il veut maintenir mon superbe endomètre de compétition. Donc ça donne:

– injection tous les 2 jours de Progestérone retard

– bonbons choupette

– Adal*te, T*co, Spéc*alfoldine

Et on se revoit pour le transfert…

Publicités