Mots-clefs

, ,

J’ai sélectionné cette petite robe noire H&M, qui dévoile mes longues jambes. Cette robe est celle que j’arborais la veille de notre D-Day, lorsque nous préparions la décoration dans la salle. Pour ne rien laisser au hasard, j’ai soigneusement choisi la ceinture qui viendrait accessoiriser cette tenue idéale. Sur le devant, un noeud croisé marron… Tout un symbole !! Pour parfaire le tout, j’ai enfilé ma plus belle paire de Tropéziennes, avec ses lanières de cuir noires, joliment entrelacées…

Ayé, j’étais fin prête !! J’ai demandé à Chéri de faire un effort aussi. On se devait d’honorer Dr Dino, le Biolo et nos deux poussières de vie…

Beaux comme des camions (ou plutôt des tracteurs…), on a pris la direction du centre. C’est curieux, parce que ce n’était pas notre premier transfert, loin s’en faut !! On en a déjà connu 4 par le passé… Mais cette fois, plus que jamais, j’avais cette impression qu’on marchait vers notre destin.

Parce qu’on ne va pas se mentir. Si ça fonctionne, notre vie va changer en faisant de nous les plus heureux des parents. Et si ça ne fonctionne pas, des tas de questions viendront se bousculer dans nos caboches, concernant la poursuite ou non de ce si long combat… Donc quoiqu’il advienne, cette journée augurait du changement !!

Arrivés sur place, le Biolo était absent. On était pourtant très ponctuels !! Préférant attendre dans le cabinet du Dr Dino plutôt qu’au laboratoire, on a patienté 30 minutes avant que Dr Dino nous dise: « Mais il est où?! » , en parlant du Biolo. On se le demande !!

Il a fini par revenir nous voir et, sur le ton de la confidence, il nous a dit qu’il savait où il était. Le Biolo a perdu une employée dont les funérailles avaient lieu hier. Imprévisible, selon le Dr Dino !! Je peux te dire que ça nous a fait relativiser bien des choses… Cette dame, dont j’ignore tout, et qui sans doute par le passé s’est occupée de nos poussières de vie, est décédée du jour au lendemain, brutalement.

J’ai alors compris combien on était chanceux d’être encore là, ici, avec ce bon vieux Dr Dino, en train d’attendre que la magie s’opère… Dans notre malheur, tout le monde n’a pas notre chance…

Durant l’attente, je vous ai lues. J’ai tantôt ri, tantôt essuyé une larmichette. Ce qui est sûr, c’est que mon ptit coeur était vraiment gonflé de plein de belles émotions et je ne vous en remercierai jamais assez.

« La réussite de chacune, c’est un peu la réussite de toutes.

L’échec de chacune, c’est un peu la mort de toutes.

Solidairement pmette !« 

Avec vos pensées, vos croisages, vos tresses et tous les espoirs que vous avez placés en nos petits bouts de vie hier, on avait l’impression que la salle de transfert était bondée !! Comme si vous étiez toutes là, avec nous, pendant que je me faisais féconder le boule.

Parlons-en de ce transfert. Sans doute le plus hilarant et le plus émouvant que nous n’ayons jamais vécu !! Pour commencer, Dr Dino me gronde comme une gamine de 6 ans lorsque, à l’écho, il s’aperçoit que ma vessie est vide. Et, comme une gamine de 6 ans, je me justifie en disant que ça fait 1h que je bois de l’eau et que j’ai dû siffler 1.5L au moins.

Pas paniqué pour un sou, il me dit: « Bon, vous allez vous asseoir et on revient dans 30 minutes. En attendant, Monsieur, venez prendre des cachets. Ils sont diurétiques, je peux vous dire qu’elle sera vite pleine cette vessie !! » En sortant, je l’entends me dire: « Ou alors, vous allez boire une bière! », ce à quoi j’ai répondu: « Ce serait avec plaisir !! » (Leffe, Leffe, Leffe !!!)

Je dois préciser que déjà, je me suis dit qu’on avait pris la meilleure décision. Parce que pour le TEC de FIV 2, qui avait été fait avec Dr Bisounours, je n’avais pas non plus la vessie pleine (je ne suis décidément pas une bonne pisseuse!). Et bien il n’avait pas pris la peine d’attendre et m’avait charcuté mon dedans de moi en trifouillant pendant un moment, avant de placer, semble-t-il à l’aveugle, notre petit blasto…

Bref, nous voilà donc en train d’attendre jusqu’à 17h que les cachets fassent effet, Chéri m’intimant de continuer à boire. Durant cette seconde attente, je me suis dit que oui, probablement qu’en cas d’échec, on continuerait avec Dr Dino, parce que sa bienveillance, son humour, son affection, son professionnalisme, etc… faisaient que je me sentais capable de le suivre au bout du monde et de déplacer toutes les montagnes avec lui !!

17h. J’ai droit à ma 2ème écho. « La vessie déborde !! Vous allez aller aux toilettes pas mal de fois quand vous serez rentrée chez vous !! Hihihi », annonce Dr Dino d’un air victorieux. « Oui, oui, je vous le confirme bordel de marde, j’en peux plus !!! »

Et là, le moment magique est arrivé… Ce sera difficile de mettre des mots sur tout ce qu’on a ressenti à cet instant… Notre bon vieux Dr Dino, parti chercher nos poussières de vie dans la pièce attenante à la salle de transfert, semble en pourparler avec le Biolo. D’un coup, il ouvre la porte et nous dit: « Allez, venez !! Vous voulez les voir? »

Hein? De quoi il cause? Oh putain, il nous propose de rencontrer nos embryons de plus près !! WTF ???

C’est toute excitée que je pénètre dans l’antre, pieds nus, pour admirer toutes nos poussières de vie. Chéri, n’étant pas déchaussé, reste sur le pas de la porte pour admirer le spectacle.

Comme dans les documentaires, on voit sur un grand écran les images prises par le microscope grossissant. Sauf qu’il ne s’agit pas de n’importe quelles poussières de vie là !!! Ce sont NOS bébés bordel !!! Rien que de vous en parler, j’en ai les larmes aux yeux…

Le Biolo, très pédagogue, nous a présenté chacun d’entre eux. Il a pris le temps de nous expliquer à quoi on reconnaissait les fragments et lesquels étaient en retard sur les autres. Ensemble, on a même convenu de celui que malheureusement nous venions de perdre. A cette heure-ci, ils n’étaient donc plus que 6 dans la course…

embryon

En substance, ça donnait à peu près ça…

Petite aparté: tu sais que tous les ptits trucs qui gravitent autour ce sont des spermatozoïdes dead??? Je t’assure que c’est fou quand on voit ça de plus près…

Les deux nous ont confirmé que nous pouvions encore espérer des blastos. Et c’est le coeur gros que j’ai quitté cette salle, avec l’immense espoir que nous venions de faire notre première rencontre avec nos petits…

Le transfert qui s’en est suivi a été une formalité. Dr Dino a placé les petits au fond de mon utérus, me disant qu’à chaque millimètre de gagné, il paraitrait que de récentes études donnaient 1% de plus de réussite. Donc selon lui, nos chances se trouvaient augmentées de 11% (si tu sais compter, ça fait bien 11 mm!), ajoutés aux 30% de départ. Il n’était pas peu fier de mon endomètre de compétition (16 mm environ) et se montrait confiant quant à l’issue de cette énième tentative.

Peu importe l’issue de cette FIV. Je garderais toujours à l’esprit toutes les belles rencontres et les jolis moments que j’ai pu partager avec le personnel de la clinique, en commençant par cette infirmière source d’espoir, par Dave et Mme Soleil, par le Biolo et surtout par notre très cher Dr Dino.

Cette FIV 3, on l’aura vraiment vécue comme si nous étions des VIP !! Et ça fait tellement du bien !! On a senti énormément de bienveillance et d’espoir autour de nous et je ne saurais expliquer à quel point ça nous transporte…

Je ne peux pas terminer ce billet sans te dire que j’ai vécu un immense moment de solitude à la fin du transfert… Ayant la vessie au bord de l’implosion, Dr Dino m’a placée le haricot magique sous le bassin, en s’adressant à Chéri: « Bon, Monsieur, quand elle aura fini, je vous laisse enlever le haricot hein !! » Nan mais hors de question !! Attend, on vient de se marier et je refuse catégoriquement que Chéri s’occupe de mes urines bordel !!

Je n’avais pas fini de le penser que je me dandinais sur mon haricot magique… Et c’est dans un fou rire incontrôlable que je me suis platement excusée auprès de mon amour pour ce qui était en train de se produire: le cachet diurétique m’ayant empêché de retenir les vannes…

On a ri, mais ri !! Jusqu’à ce que je me mette à pleurer en disant à quel point j’étais émue et à quel point j’étais heureuse…

Pour la première fois, on a pu voir nos deux petites bulles de vie au creux de mon utérus. D’habitude, c’était un peu imperceptible. Ils sont deux et nous les avons nommés ce matin.

Je crois que c’est important de reconnaitre des bouts de vie, même s’ils sont précocement perdus. Ca leur permet d’exister vraiment… Donc nos bouts de vie ont été baptisés Tibou et Naly !!

Il n’y a plus qu’à espérer qu’ils s’accrochent fort fort fort pour les 9 prochains mois… Je leur promets une aventure haute en couleur et du bonheur à ne plus savoir qu’en faire…

Publicités