Mots-clés

, ,

Ce n’est un scoop pour personne, je suis infertile !! Une infertile qui n’a jamais eu besoin de faire son coming out, puisqu’elle n’a jamais caché les difficultés que rencontraient son couple pour se reproduire.

Oui, bien entendu, on a été confronté à des maladresses !! Mais il y a aussi eu des jolies paroles, comme cette ancienne collègue, qui « galérait » pour le 3ème, qui m’a dit un jour: « Les espèces rares mettent plus de temps à se reproduire… »

Et quand je lis toutes ces belles espèces rares qui pullulent sur la blogo, je me dis qu’elle avait drôlement raison !!

Hier, j’ai chialé toute la journée. J’avais mal. Si mal… Puis Mme Caliméro, qui est devenue un réel soutien depuis quelques mois, m’a proposé de passer pour me réconforter. Quand elle est arrivée avec le goûter, j’ai été très touchée. Elle m’a parlé de ses 4 fausses-couche pour bébé 2, de ce qu’elle avait ressenti, de cet isolement dans lequel elle s’était enfermée à l’époque. Puis elle a fait le compte avec moi du nombre de tentatives foirées depuis le début de notre parcours pmesque. 8 au total… Si on compte un échec par embryon, on atteint le score de 12… Comme autant de fausse-couche.

Oui, même si un échec sans appel, tranchant, qui met fin à tout espoir d’emblée, n’est pas comparable à tous les rêves brisés par une fausse-couche, malgré tout, c’est vécu comme une perte… Parce qu’en attendant, ces poussières de vie, on les a porté en nous bordel, et on s’est forcément projeté un minimum sur leur avenir avec nous…

Donc après ce calcul, je me suis dit que c’était quand même la grosse loose !! Oui, c’est dur !! Oui, je crois de moins en moins, pour ne pas dire plus du tout, au fait que ça puisse marcher un jour… Mais je me suis répété en boucle, comme un leitmotiv, que je ne pouvais pas laisser DNLP décider de mon sort en laissant la PMA conditionner toute ma vie…

Oui, c’est un échec. Un de plus. MAIS j’ai toujours cette liberté de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein !!

Il y a des années, un jour après que les gendarmes soient venus nous annoncer qu’ils avaient retrouver le corps de ma mère, je suis allée au lycée !! J’étais en terminale… C’était un jour d’octobre. Et quelques mois plus tard, à la surprise générale (et surtout à la mienne!), je validais mon bac. J’ai compris des années après que la force que je portais en moi portait un nom: la résilience !!

Et cette résilience, je la dois à ce parcours chaotique. Il a fait de moi une personne sans doute plus sensible, et donc un peu plus empathique, mais aussi et surtout une femme plus forte !!

Aujourd’hui, j’ai tenu à aller travailler, parce que, comme je me le suis dit au lendemain du décès de ma mère: « La vie continue… »

J’ai même interrogé mes collègues sur leur progéniture. Je me suis intéressée à leur vie familiale, avec leur haut et leur bas. Parce que « La vie continue… »

Après l’école, je suis rentrée à la maison. J’avais faim. « La vie continue… » Puis seulement après, je suis allée, résignée, faire cette fameuse prise de sang qui me libérerait de l’attente et me permettrait de tourner la triste page de cette FIV 3.

tourner la page

J’ai toujours répété que dans la vie, on était responsable de ce qu’on ressentait. En positif ou en négatif ! On a le choix de se laisser abattre par une triste nouvelle ou de choisir de poursuivre sa route, parce que « La vie continue… »

Comme j’avais envisagé de ne faire la prise de sang que demain initialement, Chéri avait prévu de prendre sa demie-journée pour être là, avec moi, au moment de l’ouverture des résultats. Donc, quand je lui ai demandé s’il voulait que je l’attende, il a d’abord acquiescé, en me demandant si je m’en sentais capable. Je lui ai dit que connaissant déjà le résultat, je préférais de loin abréger l’attente et le prévenir pour lui donner confirmation du taux.

Ce que j’ai fait il y a un peu plus d’1 heure.

Taux: < 1 ui.

Voilà, c’est fini !!

MAIS, parce qu’il y a un « mais », je vais beaucoup mieux. Je crois qu’il n’y a rien de plus terrible que l’attente et l’incertitude. Maintenant, je sais. Et je n’ai d’ailleurs reçu que la confirmation de ce que je savais déjà intimement…

On a évidemment évoqué la suite. On envisageait de faire le TEC après un cycle de pause, mais n’y croyant plus du tout, j’ai plutôt envie d’enchaîner pour pouvoir définitivement tourner la page de FIV 3.

Est-ce qu’il y aura une FIV 4 ou 5? On l’ignore… C’est moins exclu que les jours d’avant. On ne veut évidemment pas vivre avec des « Et si…? » MAIS, ce qui est sûr, c’est que ce besoin de tourner la page me poussera à enchaîner très vite pour pouvoir définitivement passer à autre chose.

La suite, c’est donc que j’attends J1 puis je prendrais rdv avec Dr Dino à J12 pour un 1er contrôle ovulatoire. Le TEC se faisant a priori une nouvelle fois sur cycle spontané. Il ne me reste plus qu’à reprendre rdv avec le microkiné et « En avant Guingamp!! », sans aucune conviction…

etre-heureux

Ce que j’ai, le plus précieux, c’est un homme adorable, présent, respectueux, amoureux, valorisant… Et ça vaut tout les combats du monde !!

Pour finir sur une note musicale, en hommage à Carotte et ILGC qui ont lancé l’idée, voici 2 musiques qui ont marqué l’un des plus beaux jours de notre vie…

Cette chanson a ouvert la cérémonie laïque de notre mariage… J’aime beaucoup cette version…

Celle-ci a été diffusé pendant qu’on faisait le petit rituel hautement symbolique qui consistait à brûler nos peurs… Ces peurs que nous avions rédigé le matin-même et que nous nous sommes échangés juste avant le début de la cérémonie…

Voici une image à laquelle je me raccroche aujourd’hui:

715A0365

Publicités