Mots-clefs

, , ,

J’aurais voulu écrire un post enjoué. Evoquer notre futur nid. Parler du dernier succulent dessert que j’ai confectionné. Disserter autour de notre futur projet de voyage. Mais à quoi servirait ce blog, si je m’autocensurais pour ne pas déranger…?

Je suis presque sûre que ce que je ressens aujourd’hui, certain(e)s l’auront sans doute senti dans leurs tripes à un moment donné… Alors j’espère juste qu’elles se sentiront moins seules…

A celui qui veut du léger et du lolilol, passe ton chemin mon ami. Pour le moment, la légèreté est enfouie sous des monticules d’émotions pas terribles, mais elle reviendra. L’histoire ne dit juste pas quand !


Depuis quelques jours, les mots ne sortent plus. Je ne sais plus ce que je veux ou ne veux pas, ce que je suis ou ne suis pas. J’avance en mode automatique et je fais tout pour m’occuper l’esprit. Juste pour ne pas trop penser…

Penser à quoi? A cette vie qu’on a mis en stand bye depuis plus de 41 cycles (soit 3 ans et 5 mois), pour quelque chose (appelons cette chose un enfant) qui ne vient pas? Je n’ai plus envie d’y penser !! Remarque, au moins, je connais une de mes envies…

D’ailleurs, tant que je n’y pense pas, tout va bien !! Je ris, je vis, j’arrive même à être heureuse !! Mais quand on se retrouve seule face à soi-même, les doutes, les peurs et les angoisses reviennent de plus belle… A tel point que je fais tout pour être entourée !! Fuir, moi?? Jamais !!

Donc comment ça va dans les chaumières depuis l’échec de FIV 3? A vrai dire, j’alterne entre rires (avec mes amis) et larmes (seule ou avec Chéri). Parfois (très subrepticement), je me mets à espérer de nouveau que tout sera peut-être différent un jour, et parfois (quasi constamment) j’en viens à me résigner en me disant que ça ne sert à rien de persévérer…

Et vraiment, je n’aime pas que l’abandon prenne le pas sur la combativité !! Ca n’est pas moi… Sauf que parfois, quand c’est trop, c’est trop… Comme cette goutte d’eau qui fait déborder le vase déjà bien rempli…

goutteCe week-end, je suis partie en randonnée avec des amis dans le cirque de Mafate. Ce cirque que j’aime tant !! Cet endroit est juste parfait pour prendre du recul et contempler la beauté de la vie. Parce que oui, parfois, il suffit d’un paysage grandiose pour faire oublier toutes les mardes de l’existence. Ca ne dure qu’un temps, et le retour à la civilisation est bien difficile… Mais ça fait un bien fou au moins sur l’instant !!

Parmi ces amis, il y avait 2 couples avec leurs 4 enfants, âgés de 10 mois à 5 ans.Ces mêmes gamins m’ont épuisée et fait penser que peut-être ça n’était pas pour moi… Quand l’un n’arrêtait pas de désobéir à ses parents du haut de ses 5 ans, l’autre faisait pipi au lit en plein milieu de la nuit, qui s’annonçait déjà bien courte rapport aux heures de marche que nous avions à avaler le lendemain…

Et il y avait ces copains célibataires, dont l’un vit mal son célibat mais pour qui tout est encore possible…

Il s’est confié à moi, me disant qu’il avait toujours projeter de construire une vie de famille à 30 ans. Et aujourd’hui, il est à l’aube de ses 30 ans et il voit son rêve s’éloigner… Qu’est-ce que ça a fait échos en moi !!!

Donc voilà, de retour à la maison, on a retrouvé notre routine avec Chéri. La même case, le même silence, les mêmes habitudes…

Et j’ai réalisé que je ne savais plus si c’est ce que je voulais. Que peut-être, ma vie serait moins pénible si je la mordais par les deux bouts sans me soucier du lendemain. Si je prenais une bonne cuite en me réveillant dans le lit d’un homme qui ne me renverra pas sans arrêt, par sa simple présence, ce rêve qui n’arrive pas à se réaliser…

J’ai ressenti profondément ce besoin de tout plaquer et de me réveiller ailleurs. Et j’ai eu l’impression de vivre bien prématurément ma crise de la quarantaine…

Pourtant, j’aurais voulu que tout soit plus simple. Que mon mari soit aussi un père. Et qu’on ne soit pas confronté à tous ces doutes. D’autres doutes, sûrement. Mais pas ceux-là. Parce que parfois, j’avoue, je me demande si la raison pour laquelle ça ne veut pas fonctionner, c’est que peut-être ça n’est pas le bon, je ne suis pas la bonne…

Hier, j’ai dit à Chéri que je m’ennuyais… Que ce week-end m’avait fait du bien parce qu’on avait vu du monde, mais que rester seule avec lui, ça devenait difficile… Surtout depuis l’échec de FIV 3… Ca ne fait que me renvoyer à la problématique qu’on rencontre ensemble: notre putain d’infertilité !! Forcément, ça l’a blessé… Son regard rempli de tristesse et son silence ont parlé pour lui… Et le lui dire m’a aussi arraché le coeur… Pourtant, je le pensais…

Dis, c’est grave Docteur?

Alors c’est ça, les conséquences de la PMA? On finit par remettre en cause tout ce en quoi on croyait parce que l’espace d’un instant, ça nous permet de fermer les yeux et de ne plus y penser…?

Parfois, il faut savoir abandonner ses rêves pour en construire d’autres… Je commence donc vraiment à me questionner sur les rêves que je portais jusqu’à présent…

rêve

Si je m’écoutais, je voudrais tout plaquer et partir sur un voilier pour parcourir le monde… Me reconnecter avec mon rêve d’ado… Mais ça n’est pas si simple que ça, pas vrai?

Publicités