Mots-clefs

, ,

Il fut un temps où j’avais un gros pincement au coeur à chaque annonce de grossesse. A la vue du moindre ventre arrondie, mon coeur se serrait. Je me souviens de cette période post FIV 1, pendant laquelle j’avais élu domicile au labo, pour contrôler mes taux BHCG fluctuants. Période compliquée émotionnellement, puisque les taux nous laissaient tantôt espérer, tantôt désespérer… Quand j’allais dans les supermarchés, j’avais cette impression d’être cernée par des ventres ronds !!

Puis j’ai pris du recul. Et je me suis raisonnée, en me disant que finalement, heureusement que la terre n’était pas peuplée d’infertiles. Que le commun des mortels avait bien le droit de procréer facilement. Que notre malheur ne dépendait pas de leur bonheur.

J’ai aussi compris, alors que je m’apprêtais à épouser pour la 2nde fois mon amoureux, que quand j’enviais l’hyperfertilité des autres, les autres pouvaient aussi m’envier pour l’engagement qu’on allait prendre. Je l’avais évoqué ici.

Bref, je relativisais.

Puis il y a eu cette témoin, qui m’a annoncé qu’elle serait absente à notre mariage, parce qu’elle devait accoucher à cette période. J’ai pris sur moi et j’ai relativisé.

Il y a eu cette 2ème témoin, qui m’a annoncé qu’elle ne serait peut-être pas présente à notre mariage, parce qu’elle vivait une grossesse à risque ponctuée de contractions incessantes. J’ai pris sur moi et j’ai relativisé.

S’en est suivi ces deux copines, dont j’ai appris les grossesses de bouche à oreilles. J’ai pris sur moi et j’ai relativisé.

J’ai alors commencé à me renseigner autour de moi, demandant aux copines susceptibles de tomber en cloque si elles envisageaient de lancer le 1er ou le 2ème. Réponses négatives. J’étais soulagée.

Puis nous nous sommes mariés, dans l’insouciance la plus totale.

De retour sur le caillou, alors que j’étais en pleine FIV 3, une de mes témoins de mariage civil m’a annoncé qu’elle était enceinte. J’ai accusé le coup, tout sourire, en lui disant que j’ignorais qu’ils projetaient de se lancer. Elle m’a assuré qu’elle m’en avait parlé, puisqu’elle était inquiète que ça ne vienne pas. Je sais pertinemment qu’elle ne m’en avait pas parlé… Un oubli sans doute? Au passage, précisons qu’ils auront mis 8 mois… Au lendemain de la ponction, cette amie est venue dormir à la maison, pour s’éviter le trajet qui la séparait du boulot. C’était assez pathétique, avec le recul… J’étais pliée en deux, à cause des douleurs post ponction, quand elle ressentait elle-même des douleurs ligamentaires. Nous avions alors consulté les blogs de déco de chambre d’enfants, tout en partageant un antalgique.

Après l’annonce du résultat négatif, j’ai eu besoin de ne plus la voir pendant un moment… Elle me renvoyait tout simplement les espoirs que j’avais nourris et l’échec cuisant qu’on venait d’essuyer, encore une fois !

Samedi soir, on s’est revu. Assise à ses côtés, je faisais tout pour ne pas voir son ventre de plus en plus imposant, qu’elle aura passé sa soirée à caresser amoureusement, s’amusant devant ses invités de ce petit tic maternel… Comme elle veut éviter le trajet, nous allons de nouveau l’héberger ce soir. Je vais prendre sur moi. Mais relativiser, je ne suis plus sûre d’y arriver…

Parce que récemment, figure-toi, on s’amusait à lister les amis proches qui ne nous avaient pas encore annoncer d’heureux évènements. Et on a pensé aux trois seuls couples susceptibles de nous faire une annonce. Mes troisième et quatrième témoins et une ancienne coloc.

Un quatrième couple essayait désespérément, mais leur 1ère ayant été un miracle, il y avait très peu de chances pour qu’un 2ème pointe le bout de son nez…

La troisième témoin m’appelle récemment, pour me dire qu’elle va venir passer des vacances sur le caillou. C’était juste après l’échec de FIV 3. Super heureuse, je lui propose une soirée filles – tarot – vin, comme dans le bon vieux temps. Enthousiaste, elle me répond que ça lui ferait vachement plaisir, mais que pour elle, ce sera sans vin. BING, dans ta gueule !! Après les félicitations d’usage, je m’étonne qu’elle m’ait répondu que ça n’était pas dans leurs projets il y a quelques mois… Elle m’annonce alors qu’ils n’y pensaient pas, mais qu’ils ont eu beaucoup de chance, puisque le 1er essai aura été le bon… C’était il y a 3 mois. J’ai pris sur moi et je t’assure que j’ai essayé de relativiser. J’ai même réussi à relativiser quand elle m’a confié quelques temps plus tard qu’elle avait quelque chose à m’annoncer: « C’est un honneur pour moi de te dire que ce bébé a été conçu dans les fourrés le soir de votre mariage! » Je me suis amusée de sa maladresse, vraiment. Parce que je sais qu’elle le ressentait vraiment comme un honneur. Mais boréal de marde !! C’est un peu dur à encaisser… Je ne lui en veux pas, pourtant…

Un jour, pour me détendre et ne pas me morfondre dans mon coin, je décide d’aller à la plage avec Mme Caliméro. Je croise donc ce fameux couple qui essayait désespérément d’avoir un 2ème bébé miracle. Nul besoin de te parler de la suite… Tu l’auras compris, elle est enceinte !! 2 miracles, rien que ça… « La médecine ne se l’explique pas. », me dit-elle. Bien entendu, je n’ai pas feint d’être heureuse pour eux. Je l’étais sincèrement. Mais j’avais quand même un peu l’impression d’être cernée.

C’était sans compter sur cet appel de mon ancienne coloc hier. On papote pendant près d’une heure, de tout et de rien, puis on en vient à parler de mon ressenti par rapport à tous ces échecs et à toutes ces annonces. En espérant que je ne ferais pas face à la dernière annonce susceptible de tomber comme un couperet, je lui ai dit que j’avais vraiment l’impression que notre entourage cherchait à nous protéger en nous cachant les annonces de grossesses et que la conséquence c’était que finalement, on le vivait encore plus comme une exclusion. En soi, on est déjà exclu de la norme, rapport au fait que 90% des gens se reproduisent sans soucis. Alors nous le cacher, ça ne fait qu’en rajouter une couche. Là, tu la vois venir la surprise? Elle finit par me dire: « Bon ben je crois que c’est le moment de t’annoncer quelque chose… »

J’ai pris sur moi, très difficilement, mais j’avoue que mon coeur s’est brisé en mille morceaux…

Elle était mal, je n’en doute pas. D’autant qu’elle est déjà enceinte de 4 mois… Et que c’était un « accident ». Elle avait arrêté la pillule, mais ils se protégeaient. Ils ont oublié de se protéger une seule petite fois…

Alors tu vois, j’ai pris sur moi pendant des années, mais là, ça devient très très très compliqué !! Finalement, sur mon caillou, j’étais protégée jusqu’à présent, parce que je vivais toutes les grossesses de loin et que mes copines les plus proches ici ne tombaient pas toutes enceintes en même temps.

Mais là, il n’y a plus que ma quatrième témoin, Mme PAG, qui ne m’a pas encore fait d’annonce. Ah si, elle m’a annoncé qu’ils allaient faire leur 1ère FIV en janvier…

Et la putain d’égoïste que je suis s’est réveillée ce matin la boule au ventre, totalement angoissée à l’idée que le dernier couple à ne pas lui avoir encore fait d’annonce, finisse par lui dire dans quelques semaines qu’à leur tour, ils vont être parents.

Bien sûr, c’est du fond du coeur tout ce que je leur souhaite !! Mais je dois avouer que j’appréhende énormément cette ultime annonce…

Pour conclure, alors que je suis allée bosser en refoulant mes larmes, tu sais pas quoi? J’ai appris que 2 collègues étaient enceintes de leur 2ème. Qu’une venait de faire une fausse-couche, mais qu’elle prévoit donc de faire son 3ème, ce qui a donné lieu à des discussions interminables lors de la pause déjeuner. Je n’ai pas féliciter, marde à la fin !!! J’en ai ras le boule de toujours être celle qui félicite boréal !!! Quand viendra mon tour?

Pour couronner le tout, alors que je discutais avec la seule nana pas encore maman et célibataire (et qui le vit très mal d’ailleurs), on se disait que finalement, les mecs en parlaient beaucoup moins. Et là, devine quoi? Les deux seuls représentants de la gente masculine se sont échangés un porte-bébé qu’ils se sont mis à essayer en pleine salle des profs!!! WTF??????

Qu’est-ce que je suis allée faire? J’ai foncé fumer une clope… C’était mieux qu’une corde, non?

Publicités