C’est lors d’une de nos nombreuses soirées pochtronnes d’insomnie, que j’ai promis à Mme ICSI de lui faire un compte-rendu détaillé de mon réveillon en terres fertiles.

Jusqu’au 30 décembre, on n’avait aucun plan pour le réveillon. Il y a bien une de mes plus précieuses amies qui nous a proposé un dîner, mais elle a pondu récemment, d’une vraie petite merveille très bruyante et chronophage. Tu comprendras bien que cette perspective nous faisait préférer un dîner aux chandelles.

On avait aussi envisagé de s’envoler à la dernière minute dans n’importe quel pays à proximité,  mais les billets étaient trop chers. Ben oui, une de nos résolutions pour 2015, c’est d’être raisonnable financièrement. Par la force des choses,  puisqu’il faut qu’on finance un achat immobilier et une FIV 4 à 10000 bornes de chez nous, en secteur privé…

Bref, on avait donc envisagé le resto en amoureux. Jusqu’à ce que mon frère, avec qui j’ai des amis communs, me propose de le faire avec eux.

Ce qu’il nous proposait?  Un apéro dînatoire chez des amis, avec 2 autres couples qui ont tout réussi dans la vie,  facilement et simplement.

Propriétaire d’immenses baraques, respectivement parents de 2 jeunes enfants qui sont nés à quelques jours d’écart seulement à chaque fournée (ça crée des liens), avec une bonne situation professionnelle et une vie sociale et familiale épanouissante.

Tu l’imagines, mon entrain était enfoui sous des tonnes de sentiments négatifs. Ce qui nous a d’ailleurs valu une petite prise de tête avec Chéri, qui ne comprenait pas pourquoi je faisais un parallèle entre leur vie et la nôtre, qu’il trouvait parfaitement réussie aussi.

C’est d’ailleurs lui qui a choisi d’accepter la proposition.

Le matin du 31, autant te dire que je me suis réveillée un peu chafouine. Ajouté à cela le fait qu’il fallait qu’on dorme sur place, et qu’on profite donc des enfants jusqu’au petit déjeuner du lendemain: non merci !!!

On a un ami, dont j’ai déjà parlé ici. 36 ans, bientôt 37, et célibataire. Certains vivent très bien un célibat choisi. Mais cet ami, lui, il en souffre terriblement. Il en a même fait une violente dépression il y a quelques années…

Quand on lui a demandé ce qu’il faisait pour le réveillon, il nous a répondu qu’il allait se faire un plateau repas. J’ai trouvé ça triste…

Ma belledoche m’avait dit, en parlant de lui, qu’elle trouvait ça naze qu’il reste seul  mais qu’il y en avait marre de (je cite) « le prendre par la main ». Entendre par là, insister pour qu’il accepte les invitations, entouré de personnes qui le renvoient tous à sa propre solitude. L’impression de participer à une vaste comédie humaine pour laquelle on se voit attribuer le rôle de spectateur. Il connaît. Et on connaît aussi…

Je l’ai donc appelé, et je lui ai parlé avec mon coeur, en lui disant que nous non plus, ça ne nous enchantait pas d’aller assister à ce spectacle qui nous renverrait plein de choses dans la gueule. Mais serions-nous plus heureux en restant seuls chez nous?

Contre toute attente, il a facilement été convaincu par mes arguments. Chéri m’a même félicitée en me disant que j’étais une bonne commerciale.

Du coup, on y est allé ensemble. Et, passé l’arrivée où les enfants étaient tous sagement attablés, on a passé une super soirée. Ils sont tous allés se coucher tôt et, l’alcool aidant, on s’est retrouvé à avoir de grands fous rires entre adultes, en jouant à Time’s up ou en dansant le sirtaki au milieu du salon.

Bon, il a fallu encaisser l’annonce malvenue de la grossesse de cette pimbêche qui a mis le grappin sur cet ami dont j’ai été secrètement très amoureuse quand on était jeune… On s’est dit que c’était la dernière de l’année et que désormais, il ne pourrait plus y avoir d’annonces. Nos amis ont tous 2 enfants ou sur le point d’accueillir le 1er… Il ne reste que les célibataires ou nos BFF qui s’apprêtent à faire leur FIV 1…

Et tu sais quoi?  Quand,  alors qu’on passait une super soirée, les gamins ont commencé à se réveiller au compte-goutte, j’ai remercié la vie de nous laisser profiter jusqu’au bout, en plaignant ces parents contraints d’écourter un si bon moment !!

Le bilan de ce réveillon a donc été positif et ma plus grande joie, c’est que notre ami qui a délaissé son plateau télé pour nous accompagner,  a également passé une excellente soirée.

Et, comme il ne boit plus une goutte d’alcool, on a pu éviter le petit déjeuner avec les enfants !!

Le lendemain a été plus difficile. Après une nuit de 4 heures, il a fallu se coltiner le déjeuner chez les beaux-parents. Je n’ai rien contre eux, mais,  comme mon paternel, ce sont des gens très négatifs. Quand, au quotidien, je fais tout pour positiver… Je ne parle même pas des chiards (dont un neveu de Chéri) très mal éduqué qui m’ont cassé les oreilles et les ovaires.

On n’a jamais autant côtoyé d’enfants. Sur notre caillou, on est protégé finalement. Et les enfants qu’on côtoie sont généralement bien éduqués.

Mais ici, on est assez consterné !! L’enfant est roi et il fait ce qu’il veut, quand il veut et comme il veut. On va se contenter de lui dire « C’est pas bien! «  tout en le regardant faire… AU SECOURS !!!

Dire que c’est ces nouvelles générations qu’on tente tant bien que mal d’éduquer à l’école…

Bref, lundi, c’est ElProfessOr de Zelda. Et mercredi, c’est Grenoble !!

Si j’ai du temps libre (entends par là une insomnie), je viendrais te raconter.

Sur ce, à toi qui me lit, je souhaite une lumineuse année 2015, remplie d’amour, de réussite et de changements positifs !!

 

Publicités