Mots-clefs

, , , ,

J-8 avant le début du sniffage… Vu mon état de fatigue générale, je me dis que ça promet !! Je sors à peine d’une énorme crève (le genre de crève qui t’arrive très rarement et qui t’autorise à dormir 2 à 4h par nuit pendant des semaines, tant tu t’étouffes dans ton lit…) que le fils de Mme Caliméro, venue nous aider pour les travaux avec toute la smala samedi, a trouvé le moyen de me refiler son horrible gastro. C’était lui qui m’avait refilé aussi l’énorme crève !! Donc à retenir: ne plus voir ce gamin quand il est malade (c’est-à-dire tout le temps…).

Du coup, j’ai beaucoup compati avec Marivalou et ses nausées, tandis que je passais mon lundi de Pâques à gerber mes tripes, croyant que ma fin était proche, et que ma bassine était devenue ma meilleure amie… J’ai dormi jusqu’à 16h: t’y crois??? Et aujourd’hui, je me suis traînée comme une loque à l’école, en évitant tout contact avec les enfants pour ne pas leur refiler mes microbes. Bon, l’avantage c’est que je n’ai pas d’élèves le mardi.

Du coup, j’ai papoté avec la secrétaire de l’école qui m’a demandé combien j’avais de chambres dans notre nouvelle maison. Puis, la question que je n’avais pas vu venir: « Et t’as des enfants? » (apparemment, c’est la suite logique quand tu évoques le nombre de chambres…) « Non, mais qu’est-ce que ça peut te foutre? »

Et là, grand moment de solitude: elle a eu une réaction proche de ça:

Bizarrement, ça m’a redonné envie de gerber… Mais je n’ai rien dit, parce que je n’avais pas du tout envie de lui raconter ma vie !!

Ce que je sais, c’est que je suis tellement épuisée que je me suis imaginée, dans cet état, avec 1 ou 2 mioches à gérer. Et je me suis dit (comme ça m’arrive régulièrement) qu’en fait, ça avait clairement du bon de ne penser qu’à sa goule !! Si j’ai envie de passer ma journée au lit parce que je ne peux pas faire autrement, et ben je le fais !! Et picétout. Je n’ai de compte à rendre à personne et surtout pas la culpabilité de laisser un petiot macérer dans sa couche et attendre son biberon des heures parce que maman n’est pas en état. Elle est pas belle la vie?

Je le dis avec une pointe d’ironie, n’empêche que parfois, je me dis que notre vie de parents sans enfants, ça a des bons côtés. Je me le dis souvent d’ailleurs. De plus en plus à vrai dire…

Et puis n’oublions pas qu’on est à la tête d’une famille nombreuse !!! 4 boules de poils qui demandent beaucoup d’attention, d’amour et de soins, ça n’est pas rien je te prie de me croire !!!

En tout cas, je crois vraiment que quelque chose a changé depuis notre dernier échec. J’ignore si on peut dire que je me protège ou que j’ai vraiment commencé le processus de deuil de l’enfant, mais disons que j’essaye vraiment de me convaincre dire qu’on peut être heureux sans enfant. Et j’y crois vraiment !! D’ailleurs, on ferait mieux d’être heureux avant les enfants. Ca ne serait que bénéfique si un jour ils décidaient de pointer le bout de leur nez, sur un malentendu…

heureux

Publicités