Mots-clefs

, , , ,

Aujourd’hui, je suis allée rencontrer ma « coach » spéciale FIV 4. Je dois avouer que reprendre mon histoire de vie par le menu, je commence à en avoir ras le bol. Car oui, je ne m’en suis jamais cachée: j’ai déjà consulté des psy en tout genre. Pas que d’ailleurs !!

Après la VAE en gynécologie de la reproduction, je pourrais également passer ma VAE en médecines parallèles. Magnétiseur, ostéopathe, acupuncteur, hypnothérapeute, psychogénéalogiste, maître reïki, homéopathe, microkiné, etc, etc, etc… Si tu as besoin d’un avis ou d’un conseil, je suis ton homme ta femme !

Au début, et je l’ai compris bien plus tard, avec le recul nécessaire, je dois admettre que j’avais besoin de mettre du sens sur l’insensé et, surtout, je me berçais d’illusion, voyant dans ces diverses approches l’occasion de « débloquer », sur un malentendu, quelque chose qui serait enfoui, et, in fine, d’avoir mon enfant à la clé. Un peu comme si j’étais allée voir un magicien et qu’en lieu et place du lapin, il avait réussi à sortir un beau bébé joufflu de son chapeau !!

Sauf que je crois qu’il faut raison garder. Si on se lance dans ces démarches, il me parait essentiel de le faire non pas pour espérer concevoir plus vite, mais pour se faire du bien et prendre soin de soi-même.

Dit comme ça, ça sonne sans doute comme une évidence. Pourtant, je crois que nombre d’entre nous, en bons control freak, font tout pour avoir un minimum de maîtrise dans ce parcours dans lequel on se sent souvent si impuissants. Et la conséquence, c’est qu’on consulte à tout va, en se renseignant frénétiquement pour savoir ce qui peut être efficace contre l’infertilité… Pas vrai?

Bref, donc aujourd’hui, après une longue pause thérapeutique, je suis allée à mon premier rendez-vous avec Mme Feeling. Je dois admettre que j’étais à deux doigts de faire demi-tour quand, au bout de vingt minutes, j’étais toujours en train de patienter dans la salle d’attente. Depuis mes levers ultra matinaux pour aller poireauter devant notre ancien centre PMA, je ne supporte plus du tout les salles d’attente !! Et encore moins le fait d’attendre…

Quand elle m’a enfin accueillie, en me présentant ses plus plates excuses, j’étais un peu tendue du string. Mais aussitôt que j’ai posé mes fesses sur son joli fauteuil rouge, je me suis apaisée.

J’ai commencé par me raconter. Encore. Les mêmes questions qui reviennent inlassablement… Âge, nombre de frères et soeurs, parents, etc, etc, etc…

Evidemment, j’ai évoqué notre parcours pmesque. Elle m’a alors demandé de compléter une phrase qui commençait par « Dans mon parcours PMA je me sens… »

Mes réponses, spontanées, ont fusé: « Dans mon parcours PMA je me sens impuissante, vidée, vide, seule, exclue. »

Elle m’a alors demandé si j’avais tendance à être contrôlante dans ma vie de tous les jours, et maternante avec mon entourage. MOI??? Nooon !!!!! Pour quelle raison saugrenue pensez-vous ça??? Bon, ok, juste un peu alors… Un peu beaucoup…?

Bref, pour faire court, elle m’a expliqué que c’était essentiel que je sois une bonne mère pour moi-même. Et j’ai réalisé une fois encore que, n’ayant jamais eu d’enfance, j’ai toujours été la mère de tout le monde, mais jamais ma propre mère… Je me suis oubliée en chemin…

Pas d’enfance, pas d’enfants…

On a aussi évoqué ma mère, évidemment, et je n’ai pas été fichue de compléter cette phrase: « Quand je pense à ma mère je ressens… ». Hum…

Bon, tu t’en doutes, elle juge centrale la question de la mère dans mon parcours de vie… Et elle n’a pas tort, j’en suis convaincue. Je ne prétends pas que c’est « dans ma tête » !!! Simplement, je sais qu’à la question: « Vous avez peur de ne jamais porter la vie? », je n’ai pu m’empêcher de répondre: « J’ai peur de ne jamais porter la vie, oui, mais j’ai aussi peur de la porter… »

Après m’avoir parlé du rapport à l’homme et du mythe de Déméter (déesse des moissons et, par extension, des terres fertiles…), elle m’a proposé qu’on se revoit juste avant notre départ pour la métropole.

On doit travailler sur mon enfant intérieur…

Mais avant ça, elle m’a demandé de repasser à l’occasion avec une clé USB, pour me donner des fichiers d’auto hypnose et de relaxation.

J’ai du mal à résumer ce que je retire de cette rencontre. Ce que je sais, c’est que je suis en totale confiance avec Mme Feeling, qui a clairement un sixième sens pour mettre le doigt là où il faut quand il faut.

Elle m’a dit que selon elle, ma démarche était très positive, parce qu’avant tout, c’était essentiel qu’avant toute chose j’accouche de moi-même, pour grandir un peu plus. L’image est un peu forte, mais très parlante…

accoucher

Et puis j’avoue que j’ai beaucoup aimé quand, au moment de partir, elle m’a confiée tout en pudeur, implicitement, qu’elle connaissait parfaitement cette problématique, concluant par un rassurant : « Si vous saviez comme je vous comprends… » Une psy qui sait de quoi elle parle, c’est tout ce que j’espérais !!!

Donc la suite le samedi 23 mai…

choix

Publicités