Mots-clefs

, , , ,

Alors il faut que je te le dise, je fais tout pour continuer d’être optimiste et pour ne pas me laisser envahir par LA nouvelle du jour qui pourrait compromettre cette FIV 4…

Il se trouve que Chéri a réussi une performance jusqu’alors inégalée: il s’est débarrassé du premier germe pour en développer un autre !! Tu me diras, ça n’est pas très grave.

Le hic, c’est que j’ai reçu les recommandations du centre du bout du monde et… comment dire? C’est un peu la galère !!

Chéri n’a d’autre choix que de prendre un nouvel antibio (Oflocet) pendant 8 jours. Or, 8 jours, ça nous ramène au matin du 21 mai… Dois-je te rappeler que je suis censée commencer les piquouzes le 21 mai au soir?

De plus, une fois son traitement terminé, Chéri devrait en théorie refaire une spermoculture 7 jours plus tard, soit le 28 mai. Sachant qu’on prend notre envol le 25 mai… J’ai dû insisté pour que mon interlocutrice cherche à savoir comment on devait procéder compte tenu de tous ces paramètres. Au final, elle préconise de commencer l’antibio ce jour et de refaire un spermo sans attendre les 7 jours… Well, well, well.

A la question: « Mais ça ne peut pas influer sur les résultats? », mon interlocutrice m’a répondu que « Si, mais bon, on n’a pas le choix… »

Tu la vois la complication?

Bref, du coup, ce ne sera pas franchement protocolaire, mais en gros, ça devrait donner ça:

– d’aujourd’hui au 21 mai: Chéri prend ses antibio

– le 20 mai (donc sous antibio…): il refait pour la troisième fois consécutive une spermoculture ! Il est joie et bonheur, je ne t’explique même pas… Quand je lui ai dit que j’étais vraiment désolée pour lui, d’autant qu’il va devoir retourner dans notre ancien centre qu’il hait, il m’a répondu ce si touchant: « Tu n’y es pour rien mon coeur. Je suis loin de ce que toi tu as enduré. Je t’aime. »

– le 21 mai: je commence Pergovéris 300.

– le 25 mai: on prend l’avion.

– le 26 mai: on arrive en métropole.

– le 27 mai: les choses sérieuses commencent: rdv Dr Miracle + biolo + anesthésiste

La suite, on verra sur place…

J’essaye de ne pas paniquer et de continuer à faire confiance. Je crois que de toute façon, paniquer ne changerait rien à la situation. Et si on devait reporter cette FIV 4, ma foi, on décalera.

En revanche, Chéri est rentré du travail et a fondu en larmes, en me disant: « C’est de ma faute… J’aurais dû y aller plus tôt. »

Ca me fend le coeur, parce que évidemment qu’il aurait pu y aller 15 jours plus tôt en allant dans l’ancien centre qu’il hait. Mais il a préféré perdre un peu de temps pour aller dans l’autre centre. Je ne peux pas le blâmer: j’aurais fait la même chose !

Bon, la conséquence c’est qu’il va pour la peine devoir retourner 2 fois d’affilée dans ce centre qu’il déteste, m’enfin…

Allez, pour le moment, on continue de se préparer et picétout !

don't panic

Publicités