Mots-clefs

, , , , ,

J-1… Demain, le bal des piquouzes reprend du service ! Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Enfin ça, c’était jusqu’à ces derniers jours…

Flashback…

Pendant 10 jours, on a vécu dans la poussière et sans cuisine. Le plus rude était de ne pas avoir d’évier, ce qui n’est pas commode pour laver la vaisselle ou quand, comme moi, tu te laves les mains 20 fois par jour (spéciale dédicace à Milie!), d’autant plus quand tu vis dans la poussière !!

Bref, donc la période était un peu compliquée, d’autant que les mauvaises nouvelles s’accumulaient…

Finalement, j’ai passé mon premier niveau de reïki et ça m’a fait un bien fou !! Même l’annonce du nouveau germe détecté à la spermoculture de contrôle m’a laissée de marbre. Tout glissait sur moi comme l’eau sur le rocher…

Il faut dire que j’étais en vacances et que finalement, cette FIV 4 me semblait encore loin…

Et puis on a reçu notre si jolie cuisine et là, je me suis sentie revivre !!! J’avais l’impression d’enfin pouvoir commencer à me sentir chez moi dans notre maison jaune…

Mais il y a eu cette séance chez Mme Feeling, mon hypnothérapeute. Le rdv était initialement prévu samedi prochain, mais un créneau s’est libéré.

Cette séance a été particulièrement perturbante… On a travaillé sur mon enfant intérieur. Cet enfant était chétif, craintif, apeuré. Elle m’a demandé de le prendre dans mes bras et de lui donner de l’amour, mais on n’arrivait pas à entrer en relation, comme si le lien était vraiment coupé. Elle m’a alors proposé de recréé ces liens par la pensée, en traçant des lignes qui me reliaient à cet enfant.

Il aura fallu beaucoup de temps pour que j’ai l’impression que cet enfant aille mieux, juste avant la fin de la séance. Mais je ne suis pas satisfaite de l’état dans lequel je l’ai « laissé ». Cette petite fille, moi, m’a vraiment peinée et j’ai été triste de ne pas être fichue de m’en occuper mieux que ça… C’est comme si elle n’avait pas voulu qu’on s’occupe d’elle et que personne ne pouvait la rassurer, pas même moi…

Suite à ça, Mme Feeling m’a dit d’être vigilante sur mes rêves et m’a conseillé d’accueillir les futurs embryons comme des cadeaux.

Et la nuit-même, j’ai fait ce rêve atroce… On obtenait un embryon, qui devenait un foetus. C’était notre bébé, sauf qu’il grandissait à l’extérieur de moi. Je le regardais et je me disais intérieurement qu’un bébé ne pouvait pas grandir en-dehors du ventre de sa mère. Du coup, malgré mon dégoût et ma peur, j’ai réussi à le réintégrer en moi.

Mais au réveil, t’imagine bien que je ne me suis pas sentie au top !!

Depuis ce rêve, je sens une angoisse incompréhensible monter en moi. Je dors mal (mais ça, ça n’est pas nouveau!) et je me sens submergée. Epuisée! La vérité, c’est que j’ai repris le travail hier (on avait une semaine de vacances) pour une formation sans grand intérêt. Mais je n’ai pas l’énergie pour quoique ce soit d’autre que moi ! Ca ne me ressemble tellement pas…

Je n’arrive plus à me préoccuper de mes amis. Encore moins du boulot ! Je n’ai pas l’énergie pour transmettre des savoirs à de petits êtres en construction. Je n’ai pas le courage d’affronter Mme Caliméro au quotidien, avec ses jérémiades. Bref, j’ai besoin de consacrer le peu d’énergie que j’ai encore à m’occuper de moi. A prendre soin de moi.

Je culpabilise beaucoup et je me trouve profondément égocentrique. Surtout que quand j’ai prévenu Mme Caliméro (copine, collègue et accessoirement directrice de l’école où je suis rattachée), je ne me suis pas franchement sentie ni soutenue, ni comprise. Alors que j’ai passé des vacances cauchemardesques à la soutenir quand moi-même j’avais juste besoin de souffler !!! Bref…

Voici le contenu de nos échanges:

Moi: « Coucou. Trop de choses à gérer, trop de fatigue physique et émotionnelle. J’ai besoin de repos avant notre départ imminent qui sera tout sauf reposant… Je suis allée à la formation hier, mais aujourd’hui, je n’ai pas le courage. Je ne pense pas que je l’aurais cette semaine. Il se passe trop de choses à la fois et m’occuper des enfants nécessite une énergie que je n’ai pas et dont j’ai besoin pour cette dernière chance.J’ai pris rdv avec le Dr à 14h. Tu peux prévenir l’inspection stp? Merci !! Bonne journée. »

Elle: « Tu ne reviens pas de la semaine? »

Moi: « Je te confirme ça en sortant de chez la doc. A priori non. Je commence les piqûres demain et le Synarel (que je prends depuis des semaines) m’épuise. J’ai besoin de me reposer sans quoi je vais subir tout ça en étant déjà vidée. C’est la dernière! J’ai besoin de me prioriser pour ne rien regretter. »

Elle: « Ca roule. On se tient au courant. Bisous. »

Au passage, grosse pensée pour PrincessePi…

Donc voilà, je culpabilise, mais j’ai décidé que ces quelques jours avant le départ, j’allais les passer dans mon cocon, centrée sur moi. On va faire 10000 bornes pour cette tentative de la dernière chance et on ne va pas avoir de temps pour nous, entre les allers-retours incessants au centre et les rencontres amicales et familiales. D’autant qu’on va être hébergé chez mon paternel, qui n’est pas ce qu’on peut appeler une personne réjouissante et pleine de vie !! Je ne parle même pas de l’AG, des rdv médicaux, du décalage horaire qui fait que je ne dors pas les 2 premières semaines (je me réveille parfois à 5h du matin ici, alors qu’il est 3h chez vous…) et de la surcharge émotionnelle qu’on va se prendre en pleine tronche.

J’ai donc pris rdv avec mon doc, une super doc ! Mais quand j’y suis allée la semaine dernière pour montrer mes résultats d’examens pour le pied, je suis tombée sur sa remplaçante, Dr Connasse !! Tu sais, celle que j’avais rencontré après ma GEU, au rectorat… Oui oui, celle-là même qui m’avait dit: « Il n’y aucun aménagement possible pour vous, malgré les contraintes liées aux examens (pour rappel: les examens ont lieu le matin et, en se levant aux aurores, on a peut-être une chance de sortir à 8h15… Or, je commence à 8h et dans mon job, aucun retard possible ni report de cours!). Après tout, c’est un choix de vouloir un enfant! Et vous, vous avez fait ce choix… » Autrement dit, acceptez-en les conséquences!

Je ne demandais pas qu’on change l’emploi du temps des gamins, évidemment !! Juste que, temporairement, on me propose un poste administratif comme ça existe parfois pour d’autres pathologies, notamment les dépressions…

La revoir m’a mise dans tous mes états !! Il se trouve que ce sera la remplaçante officielle de ma super doc !! J’espère donc qu’aujourd’hui ce ne sera pas elle, sans quoi je risque de lui rappeler la violence de ses mots à l’époque…

On ne s’est pas remises de suite. On savait juste qu’on s’était déjà vu. Puis quand elle a parlé du rectorat, je me suis dit: « OMG !!!! »

J’ai été obligée d’évoquer la PMA, puisqu’elle m’a collé un traitement et que je voulais m’assurer qu’il n’y avait aucune interaction. Je me demande du coup si elle s’est souvenue de moi et de ses propos ultra violents.

C’est quand même dingue de retomber sur cette doc !! Je l’avais rencontrée juste après la GEU de FIV 1. Et je la revois par le plus grand des hasards (qui a dit que le hasard existait?) à la veille de la FIV 4… C’est comme si la boucle était bouclée…

Pour conclure, mon pauvre amour est retourné pour la 3ème fois consécutive faire sa 3ème spermoculture. Tout s’est bien passé cette fois-ci. En sortant, voici le message qu’il m’a envoyé:

« Ayé, un de plus à mon palmarès. Ca s’est bien goupillé. J’ai fait un fuck à la salle de branlette quand j’en suis sorti, en espérant ne plus y poser mes fesses. »

Ca a suffit à me faire marrer.

Sauf qu’en cherchant la photo qui suit dans mes spams, je suis tombée sur un mail de Dr Miracle qui me disait que Chéri pourrait refaire sa spermoculture le 22 ou le 23… TOO LATE !!!

Bon, je ne pense pas que ça ait des conséquences… Au pire, comme m’a dit Chéri, il retournera faire un dernier fuck à la fucking porte de la fucking salle de branlette… 😀

En tout cas, je tiens à vous présenter mes excuses pour mon manque de réactivité mailesque ou bloguesque. Je ne suis pas très disponible en ce moment, mais promis, je fais de mon mieux et je continue d’être touchée par vos mots/maux.

Avant de nous quitter, voici une petite citation pour la route (tirée d’un jeu de carte Eveil-Matin que je me suis offert) :

carte éveil 2

Allez, maintenant, place à de bons petits plats, un peu de reïki, un peu d’hypnose, un bon bain chaud au sel de l’Himalaya, de la lecture et du plaisir… Tout ça juste après l’appel à l’infirmière bien sûr !

Publicités