Peut-on seulement encore parler de troupe quand il n’y a plus qu’un soldat mollasson dans les rangs?

Après une nuit, tu l’imagines, bien agitée, tandis que Chéri dormait du sommeil du juste, le réveil a sonné. La biologiste était aussi ponctuelle qu’une vieille horloge mécanique qui, toutes les heures, vient annoncer le passage à l’heure suivante.

Elle, la biolo, est venue annoncer le passage au jour suivant. Et c’est abasourdie et le cœur en miettes que je vous écris.

Sur nos 3 petites poussières de vie, aucun blasto à J5. Deux d’entre eux ont manifestement cessé d’évoluer depuis hier et un dernier, très lent, commence à se développer, mais il est très en retard…

Quant au petit dernier très fragmenté, autant dire qu’il est définitivement out of service.

Je dois avouer que je n’y crois plus… Adieu quadruplés, triplés ou jumeaux !!! Qu’il était pourtant doux ce rêve éveillé dans lequel je courrais sur la plage, en famille: nos jumeaux, Chéri et moi…

Aujourd’hui j’ai si mal… On s’est voulu combatifs ces 4 dernières années et je t’assure qu’on y a cru. À chaque étape et malgré la multitude d’obstacles rencontrés, toujours on s’est relevé.

Mais là, pour ma survie psychique, physique, sentimentale, intellectuelle et sociale, je crois qu’il est grand temps de déposer les armes. Fin du combat.

Alors évidemment, je sais ce que tu vas vouloir me dire… Qu’il en reste un, qu’il faut croire en lui, blablabla… Mais là, tout de suite, ne m’en veux pas de ne plus y croire du tout…

C’est fou comme les images des 3 dernières années de notre vie défilent dans mon esprit à l’heure où j’écris ces quelques mots. Toutes ces larmes versées, tous ces mouchoirs usés, tous ces amis perdus…!!!

Je crois que je voudrais changer de vie. Partir vivre à l’étranger, me reconstruire loin de tout et de tous. Changer d’amis, de maison, de boulot.

Quand j’ai annoncé à la biolo, ce matin, qu’il n’y aurait pas de FIV 5 ou plus, elle nous a répondu que pour eux, ça ne changerait rien aux chances de transfert pour aujourd’hui. Qu’à ce stade de leur développement, aucun ne pourrait s’implanter de toute façon. En revanche, si ils obtiennent un blasto moyen qu’ils choisiraient de ne pas transférer en temps normal, compte tenu de ce qu’on lui dit, ils auraient une tolérance plus grande quant à leur politique de transfert…

Sauf qu’après réflexion, à quoi bon transférer un embryon moyen sans réellement croire en ses chances???

Évidemment, en traversant des océans, en parcourant 10000 bornes, en dépensant plus de 2000€, en ayant gobé DHEA et Conceptio pendant des mois, en m’étant vu administrer des doses de cheval d’un produit tout nouveau pour moi, sensé améliorer la qualité ovocytaire, en ayant bénéficié de l’IMSI…, on ne s’attendait pas à ce résultat. C’est presque le pire qu’on ait pu recenser dans notre parcours.

Alors toutes les belles pensées positives, toutes les meilleures technologies, toute la plus grande combativité n’auront eu raison ni de DNLP, ni de la fameuse et non moins célèbre routourne…

Peut-être qu’en fin de compte on aura une surprise demain. D’un coup d’un seul, notre dernier survivant se sera débattu comme un lion pour devenir magnifaïque. Sauf que ce matin, à 8h12, mes espoirs ont volé en éclat et j’ai compris au fond de moi que ce parcours se terminerait sans succès. Probablement qu’une infime partie de moi le savait depuis fort longtemps mais que je n’étais pas encore prête à l’admettre.

Ça pourra choquer certains, mais je n’ai même pas envie d’un transfert. À quoi bon??? Maintenir l’espoir quelques jours encore pour mieux nous l’enlever? Je n’ai ni l’envie, ni la force. Comme si je rejetais la moindre lueur d’espoir et que je n’aspirais qu’à une seule et unique chose: tourner cette putain de page, définitivement.

Parce que oui, parfois, trop c’est trop…

J’ai eu des nouvelles de ma BFF hier. Oh, pas pour prendre des nouvelles, tu t’en doutes bien ! Mais parce qu’apparemment, pas très loin de la maison jaune, une ancienne crèche (note l’ironie…) qui nous gâchait la vue par son immonde apparence, vient de partir en fumée. Ça a fait la une des journaux locaux.

Le message que j’y vois? Il est grand temps d’ouvrir les yeux et d’accepter… La vue est dégagée désormais… D’ouvrir les yeux aussi sur tout ce que j’ai véritablement envie de changer dans ma vie actuelle. Parce qu’en rentrant, je vais avoir du ménage à faire…

Je l’avais annoncé il y a quelques mois, mais a priori, ce blog cessera d’exister à la fin de notre parcours. On y arrive, tout doucement…

Évidemment, j’aurais voulu que la fin soit autre, mais je crois qu’il n’y a plus vraiment de raisons de palabrer sur ma vie intime.

Quand j’ai ouvert ce blog, après l’échec de FIV 2, je savais qu’il serait d’un immense soutien. Et je crois que ça aura dépassé toutes mes espérances!!!

Mais comme beaucoup d’entre vous qui avez émis des doutes en montant dans le train, aujourd’hui, j’émets des doutes en quittant le quai…

Je me dis pourtant que trop peu de femmes témoignent sur l’après. Pourtant, cet après, c’est aussi la suite pour un couple sur deux!!!

J’espère, oh oui j’espère, que celles qui sont montées dans le train ou qui monteront dans les jours ou semaines à venir, sauront savourer l’immense chance qu’elles ont eu que ça marche, sans culpabilité aucune, mais juste une immense gratitude pour cette science et cette nature, qui, main dans la main, vous auront offert le plus Mère-veille-eux des cadeaux…

Sans culpabilité, parce qu’à part gâcher votre propre plaisir, ça ne changera malheureusement rien pour elle, lui ou nous…

Promis, je ne quitte pas le navire tout de suite et je te donnerai des nouvelles demain.

Je t’embrasse affectueusement.

Publicités