Mots-clefs

, , , , , ,

Alors oui, c’est les vacances: il fait beau, les zozios chantent et le soleil brille. Voici d’ailleurs la vue de ma fenêtre (dédicace à Mme Ourse):

P1070208Mais loin de moi l’idée de venir seulement te narguer ici avec cette vue ô combien magnifique (même si avoue: pas vrai qu’elle claque?).

Non, je voudrais te parler de quelque chose qui me tient vraiment à coeur. Car vacances oblige, je suis du coup passée à côté de LA nouvelle de l’année (ou de la décennie, ou du siècle): le Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes vient de diffuser ce 1er juillet 2015 un communiqué de presse que vous pouvez trouvé ici, mais que vous pouvez aussi lire ci-dessous:


« L’accès à la PMA pour toutes les femmes : le Haut Conseil à l’Egalité appelle à mettre fin à une double discrimination.

Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) publie ce mercredi 1er juillet son Avis portant contribution au débat sur la procréation médicalement assistée (PMA). Dans cet Avis adopté à une très large majorité, le Haut conseil recommande au Gouvernement et au Parlement d’étendre l’accès à la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

 La PMA recouvre un ensemble de techniques médicales reconnues en France depuis la loi de bioéthique de 1994, et réservé jusqu’à maintenant aux couples hétérosexuels.

L’ensemble des questions soulevées par l’ouverture de la PMA à toutes les femmes a déjà été tranché : la légitimité de l’homoparentalité et de la monoparentalité ont été reconnues respectivement par l’ouverture de l’adoption aux personnes célibataires en 1966, et par l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en 2013.

Aujourd’hui, l’exclusion de l’accès à la PMA des couples de lesbiennes et des femmes célibataires constitue donc une double discrimination : en raison de leur sexualité ou de leur conjugalité.

La situation actuelle d’exclusion expose les milliers de femmes concernées par an à des risques sanitaires importants (moindre suivi gynécologique, infections sexuellement transmissibles, etc.), comme à de fortes inégalités sociales eu égard au coût d’une PMA à l’étranger. Le statu quo fait également peser une incertitude forte sur la possibilité d’une reconnaissance de la filiation entre les mères et l’enfant en cas de PMA à l’étranger. Enfin, les médecins en situation de répondre aux questions des couples de femmes désireuses de pratiquer une PMA courent de lourds risques juridiques[1].

L’ouverture de la PMA à toutes les femmes, et quelles que soient leur conjugalité et leur sexualité, permettrait de franchir un nouveau pas important pour l’égalité des droits entre toutes et tous. »


J’ignore si c’est moi qui suis déconnectée (c’est fort probable) ou si vraiment les médias en ont très peu parlé, mais je ne peux qu’être ravie qu’enfin on reconnaisse le droit à chacun de pouvoir donner la vie !

Alors évidemment, en terme d’égalité, les hommes sont un peu exclus de la possibilité de se reproduire, puisqu’ils naissent malheureusement sans utérus. Du coup, dans le même souci d’une équité entre hétéro et homo, je crois qu’il faudrait autoriser la GPA pour les couples d’hommes [ainsi, évidemment, qu’aux femmes qui n’ont plus la possibilité physique (hystérectomie notamment) de porter un enfant et qui voudraient avoir la possibilité de fonder une famille!].

La société a beaucoup évolué durant les dernières décennies. Et le modèle familial du petit couple homme-femme qui élève ses enfants dans la joie et la bonne humeur est désormais dépassé.

Melissa Sue Anderson, Melissa Gilbert, Michael Landon, Karen Grassle, Lyndsay Greenbush

Aujourd’hui, quand l’image du couple idéal n’est pas atteinte, beaucoup choisissent de vivre l’adage « Mieux vaut être seul que mal accompagné. »

Bobonne a commencé à s’émanciper et à bosser. Elle a donc arrêter, au fil du temps, d’être soumise à Bobeauf et elle est devenue libre de rester ou de partir. D’où le nombre de divorces en perpétuelle augmentation (en témoignent les nombreuses familles recomposées) ou ceux confrontés au célibat, choisi ou subi.

Bref, je crois qu’il faut vraiment vivre avec son temps et admettre que oui, un enfant qui est le fruit de l’amour et du désir pourra être tellement plus heureux et épanoui que tous ces enfants qui, chaque année, naissent dans des familles certes hétéro, mais tellement pathogènes !

Il est donc loin le temps de la petite maison dans la prairie !! Aujourd’hui, et je ne dirais pas si c’est bien ou mal, car là n’est pas la question, la famille ça peut être ça:

famille-kardashianDes filles qui se mettent en couple, puis se séparent, puis se remettent en couple. Un père qui assume qui il est en changeant de sexe. Un fils qui va de rehab en rehab. Et une mère qui règne au milieu de tout ce joli bordel.

Mais la famille, ça peut aussi être ça:

Lorenzo-Lamas

Lorenzo Lamas (alias Le Rebelle pour ceux qui connaissent), réuni en famille autour de sa 4ème femme, pour l’aider à mettre au monde l’enfant de sa fille aînée (donc son petit-fils, si tu suis bien).

Bon, ok, sans tomber dans le cliché, la famille d’aujourd’hui, ça peut surtout être ça…:

famille hétéro

Famille papa-maman


Ca…:

Famille recomposée


Ca…:

famille-femmes

Famille maman-maman


Ca…:

famille hommes

Famille papa-papa


Ou ça…:

famille mono

Famille monoparentale


Sur le sujet famille, je conclurai donc avec cette déclaration de l’animateur Alex Goude, qui se revendique jeune papa d’un enfant issu de la GPA: « Nous sommes deux hommes, nous avons fait un enfant et ça se passe bien ».

Sinon, dans la série « informations à gogo », je sais que nombre d’entre vous ont déjà eu l’occasion de visionner ce documentaire qui m’avait tant émue à sa sortie: « Quand l’enfant se fait attendre » ! On y retrouve la belle Irouwen, fervente défenseuse (pourquoi on serait obligé de dire défenseur d’abord?) de la cause des personnes infertiles (et accessoirement présidente de Bamp!).

Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous le conseille de toute urgence !! Enfin un documentaire qui parle de nous et qui en parle avec sincérité et justesse…

Je l’ai retrouvé au hasard de mes recherches gogolistiques et je ne peux que partager le lien avec vous:


Sur ces bonnes paroles…

be happy

Publicités