Qui ne s’est jamais posé la question de savoir s’il était à la bonne place, au bon endroit?

En ce moment, plus que jamais, je dois avouer que je me pose la question car je ne trouve plus vraiment ma place par ici, d’autant plus depuis que j’ai opté pour la privatisation du blog… Ni ici, ni ailleurs. C’est un peu déstabilisant… J’ai cette sensation d’être dans un entre-deux.

Force est de constater que depuis l’échec de cette quatrième et dernière FIV, je me sens un peu à part de cette grande famille de pmettes… Les choses ont tellement évolué dans ce petit monde de la blogo PMA en 2 ans !!

Il y a les « anciennes », pour qui la vie a tantôt été clémente, tantôt cruelle. Puis, au fil des mois, toutes ces « nouvelles » qui sont arrivées car elles étaient soit au début, soit en fin de parcours.

Pour moi aussi, d’ailleurs, elles ont évolué !! Parce que précisément je ne suis plus dans le même combat…

Malgré tout, j’ai le sentiment que même si je n’ai toujours pas réussi à devenir maman, j’ai grandi énormément au fil des mois et je suis en perpétuelle évolution personnelle… Je crois qu’au final, la PMA m’aura d’ailleurs permis de mûrir et de gagner en recul et en « sagesse »…

Après, les choses ne sont pas tout à fait allées dans le sens de ce que j’avais espéré il y a 4 ans de cela, on ne va pas se mentir !! Mais bon, les choses se sont sans doute passées comme elles devaient se passer? Et ça ne m’empêche pas de continuer d’y croire très fort !! Jusqu’à quand, je l’ignore, mais pour le moment, oui, j’y crois. Et ça me fait du bien !!

Plutôt que de m’attendre au pire, je préfère m’attendre au meilleur. Peut-être que ça ne changera rien à notre avenir, mais ça rend notre présent un peu plus doux…

contentement

Bref, donc toujours est-il que cette période de transition n’est pas évidente pour moi, et qu’au final, le fait de crouler sous le taf est plutôt bienvenu !! Parce que la vérité, c’est que je me sens totalement à part de ce qui peut se passer aujourd’hui dans la vie de chacun et chacune.

Souviens-toi, ce sentiment que tu avais, parfois, d’être spectateur de la vie des « fertiles » !! Et bien me voilà désormais spectatrice, du moins pour l’instant, de la vie en général. Celle des fertiles, et des (ex ou pas) infertiles. Terminé pour moi ce sentiment de pouvoir intégrer un de ces groupes d’essayeuses qui se constituent chaque mois, en me sentant un peu moins « à part »…

Oh, je ne te dis pas ça pour te faire culpabiliser hein !!! Pas le moins du monde même. Mais c’est important que j’exprime ce qu’on peut ressentir parfois quand on est passé de l’autre côté du quai…

En fait, c’est comme si j’étais au bord d’une autoroute, à pieds, et que je regardais les voitures foncer vers leur avenir. On ne peut pas dire que je ne suis pas heureuse d’avoir changé de moyen de locomotion. Parait que c’est plus écolo en plus !! Au contraire même !! Oui, je le crie haut et fort: aussi paradoxal que ça puisse paraitre, c’est un putain de soulagement d’en avoir fini avec la PMA !! Mais du coup, quel sens a ma présence ici, sur cette blogo?

Je crois qu’on vit chacun(e) nos aventures de notre côté. Certaines découvrent les nouvelles joies (mais aussi les difficultés, car il y en a!) de la maternité, quand d’autres multiplient les tentatives en espérant que cette fois-ci ce soit la bonne. Il y a celles pour qui la vie est devenue une lutte de chaque instant, tant leur travail de deuil est douloureux. Et puis il y a moi, qui ne sait pas trop où je vais ni comment, mais qui a une indéfectible confiance en l’avenir malgré tout !

Je pourrais être pessimiste. J’aurais tant de raisons de l’être !! Pourtant, j’ignore comment ni pourquoi, mais non, je continue de croire que tout va bien se passer.

D’ailleurs, en ce moment, tu l’auras compris, je suis dans une profonde introspection qui s’est imposée d’elle-même suite à l’ultime échec de FIV 4. Mais cette introspection est à la fois incontournable et tellement salvatrice!

Quand l’essence-même de toute notre vie est remise en question, que nos projets sont contraints d’être abandonnés ou réorientés, je crois qu’on ne peut faire autrement que d’essayer de redonner du sens à l’insensé. Et c’est précisément ce que j’essaye de faire. Avec les moyens du bord.

Par chance, la fin de la PMA me permet de me réinvestir à fond dans des domaines que j’avais un peu délaissé ces derniers mois.

Le boulot, en premier lieu, mais aussi notre vie sociale.

Petit à petit, on reprend contact avec des amis qu’on avait un peu exclu de nos vies dans les moments les plus douloureux, parce qu’être témoins de leur bonheur nous était devenu un peu difficile…

Après avoir exprimé à nos BFF le sentiment d’abandon qu’on a ressenti lors de FIV 4, les choses sont progressivement rentrées dans l’ordre. Et  on a commencé à se projeter dans notre futur rôle de parrain-marraine. Enfin surtout moi !!! J’ai dévalisé les rayons de BazarChic pour gâter la future princesse. Et j’ai pris beaucoup de plaisir, d’autant plus qu’au passage, je me suis autorisée à faire quelques achats pour notre/nos futurs enfants…

On a également revu (ou on s’apprête à revoir), tous ces amis devenus parents ces derniers mois.

Je crois qu’ils ont compris notre besoin de retrait et qu’ils l’ont respecté.

On pourrait continuer de se renfermer sur nous, en criant à l’injustice et en se disant que les autres, autrement dit ceux qui ont réussi là où l’on a échoué, c’est le Mal ! Mais à quoi bon? Franchement, ça ne nous rendrait pas plus heureux…

Du coup, on se tourne vers la vie.

On va au sport 2 à 3 fois par semaine, on bosse l’un comme l’autre comme des dingues, et on voit du monde !!

La maison jaune, pour le moment, est un peu laissée en l’état. Mais on a mis tant de temps et d’énergie à l’embellir, qu’on a désormais besoin de souffler.

Depuis peu, on a même fait l’acquisition d’un jacuzzi (d’occasion, certes, mais qui fonctionne parfaitement bien), et franchement, quel bonheur !!

C’est aussi ça, l’avantage de ne pas avoir (encore) d’enfant !! On n’a pas besoin d’économiser pour payer la moitié de nos revenus en couches, nounou ou autres dépenses quotidiennes !! Du coup, on se fait plaisir…

Côté parentalité, on a choisi d’un commun accord de ne surtout pas se mettre de pression concernant la suite de notre histoire, en faisant confiance en l’avenir. Le choix est donc de ne pas faire de choix…

Au programme, ce sera donc bien FIV DD en RT au mois de mars prochain, puis, selon l’issue, adoption ici (en cas d’échec du coup) ou pourquoi pas ailleurs (en cas de réussite).

Bref, donc voilà où j’en suis aujourd’hui.

Je sais que beaucoup ont succombé à l’appel de twitter. Je suis trop ringarde pour ça je crois !

J’aimerais vraiment avoir plus de temps pour vous lire régulièrement et prendre de vos nouvelles, mais malheureusement, j’en manque cruellement, ou je le consacre à d’autres choses qu’internet…

J’étais totalement addict et il faut croire que je suis en phase de sevrage…

Bon, pour conclure, et parce que ça me tient à coeur, tu trouveras ici cet hommage en images rendu pas une cohorte d’artistes au petit Aylan, si jeune victime de l’exil, devenue le symbole de l’exclusion, de la misère, de la guerre et de la honte…

aylan

Christiane Taubira, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, a eu des mots particulièrement poignants pour saluer la mémoire du garçonnet : « Son prénom avait des ailes, son petit cœur a dû battre si fort que les étoiles de mer l’ont emporté sur les rivages de nos consciences. »

Et dire qu’avant ce drame, pour sensibiliser à cette tragédie humaine qui s’abat à nos portes depuis quelques mois, j’avais choisi de faire apprendre cette chanson si tristement d’actualité à mes élèves:


Finalement, on cherche tous notre place quelque part… Mais pour certains, plus que des questions existentielles, c’est bien de survie dont il s’agit…

Publicités