Parce que dans la vie, il n’y a pas que le désir d’enfant inassouvi et la PMA, j’ai choisi d’évoquer un sujet sensible mais qui me tient particulièrement à coeur. Désolée d’avance si ça dérange, mais d’un autre côté, on ne devrait pas ouvrir nos bouches uniquement quand on se sent concerné (la manif contre tous, par exemple…), mais bien dès qu’on est témoin d’intolérance et de bêtise.

Depuis la une tragique qui a vu le petit Aylan élevé en symbole de l’indifférence et de l’horreur, l’émotion est vive. Tant du côté de ceux qui se battent depuis des années pour le sort des migrants, que du côté de ceux qui, d’un coup, ont compris que ça aurait pu être leur enfant, ou encore du côté de ceux qui ont peur… Peur d’être envahis…

Alors FB, pour ça, est souvent un sacré reflet de l’opinion variée qu’on retrouve dans notre entourage et plus largement dans la société.

Il se trouve que très vite après la diffusion de la photo du petit Aylan, j’ai vu se multiplier ce genre de photos:

sdf

Sur le coup, c’est venu titiller ma sensibilité et je me suis dit: « Boréal, c’est vrai qu’il y a chaque année des gens qui meurent de faim dans notre pays, devant l’indifférence générale! »

J’avoue que ça peut être tentant de se dire qu’on ferait bien mieux d’aider nos compatriotes avant d’apporter une aide à des étrangers. Enfin, tentant n’est pas le mot, mais disons que ça nous touche forcément, en plus de nous faire culpabiliser, nous renvoyant à notre inertie sur la question de la misère sociale chez nous…

Mais c’est un argument facile, porté par des gens qui, s’ils étaient sincères et concernés par le réel devenir de nos SDF, ne tourneraient pas le regard à chaque fois qu’ils en croisent un dans la rue !!!

nawak

Oui, c’est facile d’utiliser la misère humaine pour la confronter à une autre misère humaine. Surtout quand on ne lève pas le petit doigt pour aider ces gens-là…

vs

C’est un peu comme quand on s’entend dire qu’il y a bien pire que ce qu’on vit, nous, pauvres infertiles !! Oui et ben en attendant, ça ne nous rendra pas plus heureux de savoir que c’est pareil, pire ou moins pire ici ou là…

L’Homme peut-il être aussi con qu’il en a oublié toute once d’humanité?

Le monde va mal, et ça n’est pas nouveau… Mais alors, que faire? Chacun sa marde, c’est ça? Je m’y refuse…

Le sang de mon pépé coule dans mes veines. Celui-là même qui s’est battu, avec de nombreux autres courageux, pour sauver ce pays de l’oppression quand il était en proie à l’invasion barbare des allemands. A une époque où il était sans doute plus « facile » (quoique c’est discutable…) de collaborer pour sauver ses miches.

De quoi nous parlaient ces hommes, qui ont su résister? D’humanité !!! Ni plus ni moins !! Ils ont risqué leurs vies pour sauver celles de millions de personnes opprimées par des idéologies fascistes et antisémites. Alors qu’ils n’en connaissaient pas une seule, parfois…

Mais attention, pas besoin d’être juif pour être exterminé !! Tu pouvais être gay, tzigane, résistant, handicapé…

Pourquoi ce lien avec cette triste page de notre histoire?

Tout simplement parce que l’histoire n’est qu’un éternel recommencement et qu’il est de notre devoir de nous rappeler qu’à l’aube de la seconde guerre mondiale, la France a connu une vague d’immigration sans précédent de centaines de milliers d’Espagnol fuyant le franquisme.

Combien de français ont également été contraints de passer de l’autre côté de la ligne pour fuir l’oppression allemande gagner la France libre? C’était hier…

Mais bon, ils n’étaient pas musulmans, eux… Et puis, à l’époque, on avait besoin de main d’oeuvre, alors bon, on se montrait plus accueillant…

Aujourd’hui, le problème, c’est que le contexte est bien différent. Le taux de chômage atteint des records absolus et les guerres de religion font rage, ce qui fait le jeu de certains partis politiques au discours dangereux, qui jouent sur les peurs, revendiquant la préférence nationale en utilisant des clichés gerbants du style:

bouffonMais de grâce, réfléchissons avec notre coeur plutôt qu’avec nos peurs !!!

Voici d’ailleurs le témoignage d’une de ces personnes qui s’est sentie utilisée, en tant que SDF, par ces gens qui profitent de sa misère, et de celle de « ses potes », pour véhiculer leurs idées fascisantes:

antoine

Rappelons que Hitler, en son temps, a utilisé le contexte difficile de l’époque pour stigmatiser ceux qu’ils considéraient comme des dangers. Et ça a marché !!

Alors mon message est juste de dire: « Attention… » Juste ça…

On ne va pas se mentir: à force d’entendre parler de la crise, on est tous convaincus qu’on ne peut rien faire pour sauver notre pays, et encore moins la terre entière.

Sauf que les riches n’ont jamais été aussi riches… Je vous renvoie à un article du Monde, qui titrait: « Des riches plus nombreux et de plus en plus riches ». Ce n’est pas moi qui l’invente !!

Je n’ai pas la solution pour régler la « crise » et la misère sociale ici ou à travers le monde, tu t’en doutes.

Ce que je sais, c’est que fermer les yeux n’est pas la solution !!

Mais il parait que…

devise-shadok-solution-problemeIl y a donc forcément une solution !!

Je rêve d’un véritable élan citoyen qui inciterait les gens à ne plus fermer les yeux et à essayer, ensemble, de trouver des alternatives que nos politiques ne sont pas fichues de trouver.

Plutôt que de laisser crever tout le monde, on peut sans doute trouver un moyen de ne laisser crever personne…?

Si je ne me trompe pas, on est environ 25 millions d’actifs dans ce pays. Et je ne parle même pas des chiffres à l’échelle internationale !! Imagine que si chacun donnait ne serait-ce que 20 centimes par jour (soit 6€/mois), on atteindrait les 5 millions de dons quotidiens !!! C’est si peu à l’échelle d’une personne, et tellement énorme à l’échelle de milliers d’autres…

On pourrait aussi s’inspirer de ces jeunes qui m’ont émue aux larmes par leur initiative…


Je vais conclure sur ce distinguo important entre « migrant » et « réfugiés ». Ne confondons pas tout !!

Un réfugié est une personne en proie à la guerre et à l’oppression dans son propre pays. Que ferais-tu, toi, si tu étais confrontés à ce qu’ils vivent, ici, en France?

Je le revendique : si j’étais à leur place, je ferais la même chose…

Publicités