Aujourd’hui, j’ai reçu un message de joyeux blog’anniversaire de la part de WordPress. Je dois avouer que ça m’a fait tout drôle… Deux ans que ce blog existe !! Il s’en est passé des choses ces deux dernières années.

Il y a eu des moments de doutes, de peurs, de désespoir… Quelques larmes… Bon, ok, beaucoup de larmes, soyons honnête !!

Beaucoup ont quitté le navire et j’espère du fond du coeur qu’aujourd’hui, ils/elles sont heureux là où ils/elles sont.

Je ne dirais pas que je me sens un peu « vieille » dans le monde de la blogo, avec parfois ce sentiment de ne pas avoir beaucoup avancer en deux ans…

Non, je ne le dirai pas parce que je préfère me concentrer sur tous les vrais moments de joie que j’ai vécu un peu  grâce à toi. Des fous rire, du soutien, des échanges, du partage, de la générosité et de la solidarité !! C’est surtout ça la blogo. En tout cas, je ne veux retenir que ça…

Merci donc à tous ceux qui auront fait partie de cette belle aventure !!

Aujourd’hui, pour fêter l’évènement j’ai fini de regarder la trilogie du sublime « Human« , de Yann Arthus-Bertrand, disponible sur Youteube ou en téléchargement gratuit.

Car c’est aussi ça, YAB, un mec intelligent, profondément humain, militant engagé pour l’environnement ou contre les inégalités. Déjà, pour « Home », il avait souhaité une sortie internationale et gratuite.

Je me souviens de l’impact que le film avait eu sur l’opinion publique. Il avait réussi le tour de force de faire parler d’écologie sur de nombreux lieux de travail, dans de nombreuses soirées, entre amis ou en famille, tout ça en moins de deux heures !! Je peux me tromper, mais je crois qu’il y a eu un avant et un après « Home » dans la conscience collective…

Alors bon, aujourd’hui, on va toujours dans le mur en terme d’écologie, MAIS, au moins, on en a conscience !! Et puis je crois vraiment que le fait d’avoir sensibilisé la masse à cette problématique a peut-être participé à l’évolution des habitudes de consommation de Mr et Mme Tout le Monde. Avant, le bio était réservé à une minorité, et depuis, j’ignore si c’est en lien, mais quelle enseigne de grande surface n’a pas achalandé un rayon avec sa propre marque labellisée bio?

Bref, ce monsieur nous confirme que la seule solution pour faire bouger les choses, c’est d’en parler et d’en parler encore !!

Bon, lui, il a les moyens de parler de ce qui lui tient à coeur… D’ailleurs, et on pourrait le lui reprocher, « Human », c’est 13 millions de budget !! Ca pique un peu, quand on se remémore les images…

Mais c’est un peu comme les gadgets qu’évoquaient Milie je crois. Finalement, on n’a rien sans rien apparemment… Et conscientiser la populace, force est de constater que ça a un coût.

Bref, tout ça pour dire que je t’invite vivement à visionner « Human » si tu as le temps et l’envie.

« Human », c’est avant tout l’histoire de l’humanité telle qu’elle est aujourd’hui. Des milliers d’hommes et de femmes, à travers le monde, à qui on a enfin donné la parole !! Il est question de pauvreté, d’amour, de handicap, de haine, de bonheur, et d’espoir aussi… Ici et ailleurs…

J’ai chialé en regardant certains passages. Parce qu’au delà de l’esthétisme dont YAB est coutumier, j’ai trouvé ce film tellement juste et sincère…

Pour beaucoup, le bonheur réside dans le fait d’avoir des enfants, de les protéger et de les voir grandir… Ce passage m’a énormément émue, évidemment… Parce que je me suis sentie privée, pour le moment du moins (et pour combien de temps encore?), de ce bonheur universel…

Oui, ce qu’on vit, nous autres infertiles, c’est vraiment une injustice humaine gigantesque, parce que dans le fond, même dans certaines contrées où les gens ont peu, on voit briller dans leurs yeux tout l’amour qu’ils portent à leurs enfants et tout l’espoir qu’ils ont pour eux…

Lire cette étincelle dans le regard d’hommes et de femmes du monde entier m’a plus que jamais fait sentir « à part », comme si j’étais exclue de ce bonheur si simple et si naturel pour la plupart.

Si le coeur vous en dit, je vous laisse zieuter le passage, qui débute à 7 minutes 48 jusqu’à 10 minutes 58. Evidemment, ça donne envie !! Mais d’un autre côté, c’est émouvant de voir que l’amour qu’un parent porte à son enfant est identique où que l’on soit et d’où que l’on vienne…


Finalement, c’est le sens de la vie qui est questionné dans ce long métrage qui dure plus de 3h.

D’ailleurs, la question est posée à la fin : « Quelle est le sens de la vie? »

Je me suis demandée quel était le sens de ma vie du coup… Et c’est si difficile comme question !! A ma petite échelle, j’ai l’impression de n’être qu’une goutte d’eau dans l’océan…

Pourtant, en regardant ce film, j’ai eu l’impression de faire partie d’un immense tout et je me suis surprise à rêver que grâce à toi, moi, eux, nous tous, on pouvait peut-être réussir à soulever des montagnes et à faire de ce monde un monde meilleur…

Quand on voit les foules hurler d’une même voix dans des stades de foot bondés, ou encore ces milliers de gens réunis pour assister au concert d’une seule et même personne, je ne peux m’empêcher de penser que l’être humain est capable de se mobiliser pour des choses qui le rendent heureux. Alors pourquoi ne serait-il pas capable de descendre dans la rue pour se battre au nom de ses idéaux?

Nous n’avons pas tous les mêmes opinions sur tout, mais je crois qu’on aspire tous au bonheur et finalement, je crois vraiment que la seule façon de l’atteindre, c’est en parvenant à se raccrocher à notre humanité…

Pour résumer, voici ce que YAB a lui-même déclaré en évoquant son film dans les colonnes de RFI: « Je pense qu’on vit dans un monde de cynismes, de scepticismes, où la gentillesse et la bienveillance sont devenues ringardes. Moi, je pense que la gentillesse est importante. De parler d’amour est important et qu’on est tous capable d’en parler. Finalement, ce film parle de ça. On doit s’aimer un peu plus. C’est un peu nunuche ce que je dis, mais je suis un grand nunuche. »

On est donc au moins deux nunuches sur cette planète !!!

Pour conclure, parce que je l’ai évoqué l’autre jour et que j’ai trouvé que tout était dit dans cet extrait, voici le témoignage d’un Afghan en exil… Et si c’était toi, toi ou toi…?

Publicités