Bon, ok, 3 posts en 2 jours: ça fait un peu beaucoup…

J’ai écrit celui-ci en juillet, sans jamais oser le poster. Pourtant, je ne suis pas du genre à me censurer, mais j’avais peur qu’il soit mal interprété…

Pourquoi choisir de le publier aujourd’hui? Parce que suite au dernier post d’une copinaute, qui quitte le navire car elle ne trouve plus du tout sa place par ici, j’ai eu envie de réagir…

Je tiens à préciser que dans mes propos, je ne vise personne en particulier, mais je crois qu’il est juste bon de rappeler que cette blogo PMA abrite énormément de souffrance et qu’on doit essayer d’être vigilant pour ne pas blesser, même sans le vouloir, ceux qui pourtant ont toujours essayé d’être présents…

Je précise que je ne parle pas spécialement de moi, là. J’ai la chance, la plupart du temps, d’arriver à prendre du recul, même si par moment, c’est plus difficile qu’à d’autres…

Mais quand je constate que certaines copinautes quittent la blogo alors qu’elles sont très clairement en souffrance, parce qu’ici non plus elles ne se sentent plus protégées, je trouve ça vraiment aberrant…

Il y a un illogisme là-dedans, puisque ce sont précisément celles qui ont le plus besoin de soutien qui finissent par s’emmurer dans le silence… J’avoue que ça me questionne un peu…

Entendons-nous bien: chacun est responsable de ce qu’il ressent !!! Mais tu n’es pas sans ignorer que parfois, quand on est dans l’attente, on est excessivement sensible et se prendre en pleine tronche des annonces qui manquent parfois de pudeur, c’est difficile, surtout quand elles s’enchaînent…

Je précise que je n’oblige personne, évidemment, à partager mon avis !! D’ailleurs, je suis plutôt ouverte au débat, donc tous les avis sont les bienvenus.

Bref, donc voici le post en question…


Que les choses soient claires: non, les infertiles n’ont pas l’apanage de l’intelligence, pas plus que les fertiles n’auraient l’apanage de la bêtise!

Ce post va exprimer, en substance, ce qui me chagrine un peu depuis quelques temps et qui reste un gros tabou sur la blogo…

Oui, certaines galériennes ont osé l’exprimer récemment, c’est un fait, voir plein de copinautes monter dans le train alors qu’on reste à quai, ça fait parfois un petit gros pincement au coeur. Mais ça n’empêche pas de se réjouir hein ! C’est juste que… Enfin, tu vois ce que je veux dire, parce que je suis sûre que tu l’as déjà éprouvé au moins une fois… Donc je ne t’apprends rien. Ca n’est parfois pas évident de trouver sa place au milieu de toutes ces annonces. Mais ça n’empêche pas d’avoir envie de suivre les histoires de celles à qui on s’est attaché, celles-là même qui symbolisent cet espoir ténu auquel on se raccroche…

Bref, une fois dans le train, chacun fait ses choix. Certaines préfèrent déménager leur blog pour ne pas blesser celles qui attendent toujours. D’autres, au contraire, pour un tas de raisons toutes aussi valables les unes que les autres, se disent qu’elles ont le droit de rester là où tout a commencé. Il y a celles, aussi, qui ne trouvent plus vraiment leur place, parce qu’elles portent en elles une forme de culpabilité (tu sais, le fameux syndrome de l’imposteur?). Etc, etc, etc…

Chacune fait ses choix et je les trouve tous plus respectables les uns que les autres!

Donc, pour résumer, dans ce microcosme qu’est la blogo, il y a celles qui ont réussi et celles qui attendent encore leur tour. Chacune ayant ses propres états d’âme et ses propres susceptibilités. Et en plus, on est quasiment qu’entre gonzesses, alors je ne t’explique pas le boréal !

Ce qui rassemble toutes ces jolies personnes, au-delà du rêve commun qu’elles nourrissent, c’est cette capacité qu’elles ont parfois (et je ne suis pas en reste j’en suis certaine) à faire preuve de maladresse.

Et oui, grande nouvelle, la maladresse non plus n’est pas l’apanage des fertiles !

Bon, âmes sensibles s’abstenir…

Il fut un temps où, sur la blogo, on a ri de bon coeur en participant à des défis dithyrambiques (à l’humour parfois borderline, je le concède), au sujet de ces MILK en puissance qui nous entourent. On ne va pas relancer le débat sur « Peut-rire de tout? », on en a déjà assez parlé après Charlie…

Petite parenthèse… Voici ce que j’ai lu ce matin en ouvrant facebook:

Pour celles et ceux qui nous l’ont demandé (et pour les autres…), liste de naissance opé. Alors…tu vas sur le site Aubert, tu mets nos noms, tu cliques, tu participes (avec ta CB 😉), surtout tu recupères pas la marchandise….et voilà, t’as fait plaisir à la princesse (et surtout à ses parents!!!!)…..
Aller….à vos cb!!!!!! Merci 😀😀 ***

*** ceci a été réalisé sans trucage.

Alors je vois d’ici les réactions que de tels propos pourraient/pourront susciter !

Mais alors ce qui me questionne, c’est qu’en tant qu’ex pmette tenant un blog qui relate son parcours pmesque, on puisse susciter plus d’indulgence que la pauvre C 1, 2, 3 ou 4 qui, pour le coup, ignore complètement la chance qu’elle a…

Je ne vise personne en particulier, entendons-nous bien ! Mais je crois que quand on a été blessé soi-même par certaines maladresses, on doit mettre un point d’honneur à ne pas oublier d’où l’on vient et à ne pas imposer, par exemple, des photos un poil blessantes (des TG positifs, des ventres ronds, des échos, etc…) alors même que quand on était de l’autre côté, ça nous blessait parfois…

Ce n’est qu’une question de cohérence selon moi…

Et je me permets de dire que je ne tiens pas ce discours parce que j’ai encore le ventre vide aujourd’hui… Non, figure-toi qu’une lectrice de l’ombre m’a contactée récemment par mail et qu’elle a déploré que beaucoup de blogs évoluent vers des blogs de puériculture une fois le graal en main…  Et pourtant, cette personne n’a JAMAIS été touchée par l’infertilité…

Alors oui, tu me diras, la looseuse a la liberté de suivre ou non les blogs. Soit ! J’ai toujours été la première à le dire. Sauf que parfois, on peut vouloir suivre des blogs, sans forcément se prendre en pleine tronche des photos. Souviens-toi d’ailleurs que les images ont plus de poids que n’importe quels mots… D’autant que le fil de lecture de WordPress a ses limites, puisqu’il nous impose les dites photos directement in our face, sans qu’on ait le temps de savoir si on souhaite ou non lire tel ou tel article.

Bref, ce que je souhaite exprimer, c’est le fait qu’on ne devrait pas faire soi-même ce qu’on a longtemps reproché à d’autres. Mais ça n’est que mon humble avis.

De la même façon que certains conseils (du type « Il faut y croire! »), reviennent à peu de choses près au non moins célèbre et pourtant décrié « C’est dans la tête ». En d’autres termes, si tu n’y crois pas assez, ça ne marchera pas…

Tout comme les questions liées à la pression de l’âge s’entendent, mais peuvent sans doute être blessantes pour certaines, eu égard aux parcours catastrophiques de quelques copinautes pourtant très jeunes, et qui ne pourront peut-être jamais porter la vie parce que la nature n’est pas toujours bien faite… Alors qu’on peut avoir dépasser les 35 ans (âge où tout bascule, soit disant), et parvenir malgré tout à porter la vie. C’est une réalité !

En plus de 2 ans de blogs, j’ai vu des copines qui n’avaient même pas la trentaine restées à quai, quand d’autres devenaient mamans…

Alors loin de moi l’idée de minimiser la pression que le temps qui passe peut accentuer ! Simplement, il serait bon de ne pas oublier que parfois, on peut avoir la vingtaine et avoir un parcours bien mal engagé…

La question est la suivante: quand on a un passé d’infertiles est-ce que ça légitime le fait de faire ce qu’on a longtemps reprocher à d’autres?

Non, non, et non! L’infertilité ne légitime rien du tout. Au contraire même ! Quand on est passé par toute cette marde, je crois que plus que quiconque on se doit d’être prévenant et bienveillant.

Alors sans parler de s’auto-censurer, évidemment, je crois qu’il faudrait juste essayer de se demander si, quand on était dans l’attente, on aurait souffert ou pas de tel ou tel message. Juste ça…

Bon, il se trouve que la plupart du temps, et j’ai envie de ne retenir que ça, il y a une sacrée solidarité et beaucoup d’empathie par ici !!

Mais c’était important pour moi de montrer qu’on peut toujours être le maladroit d’un autre…

C’est donc aussi un appel à l’indulgence vis-à-vis de ceux qui nous entourent et qui, alors qu’ils n’ont pas la moindre idée de ce qu’on traverse, se montrent parfois maladroits. Parce qu’au final, on fait tous preuve de maladresse…

Toi, toi ou toi, autant que moi.

Après, heureusement qu’on ne reste pas qu’entre looser hein !!! Moi j’aime lire les jolies issues, parce qu’elles me mettent du baume au coeur. Parce que du coup, je ne vois pas que le vil et le moche des échecs.

Mais l’objet de ce post, c’est surtout de dire qu’il faut être vigilant non pas sur ce qu’on dit, mais sur comment on le dit…

Parce que oui, oui et encore oui, ici comme ailleurs, il y a de la place pour tout: les jolies nouvelles, et les moins belles.

Publicités