Mots-clefs

, , ,

Tu l’auras compris, les compteurs sont relancés…

Il aura fallu insister longtemps pour enfin réussir à joindre Dr Cash par téléphone. A sa décharge, il y a eu beaucoup d’intempéries ces derniers jours sur le caillou, et les conditions de circulation sont assez difficiles par endroit, ce qui fait qu’il n’a pas pu aller travailler hier matin…

Mais bon, j’avoue que ça commençait à me tendre un peu… Depuis son SMS de vendredi soir, plus aucun contact. Il n’a jamais daigné répondre à mon SMS lui demandant des explications… Alors certes, je peux comprendre qu’il a d’autres chats à fouetter hein ! M’enfin bon, on en revient toujours à ce manque de considération…

Mon amie doc me disait que les spécialistes n’avaient pas le temps d’être humains, parce que c’était l’usine et qu’ils étaient seuls à gérer un tas de patients. J’entends bien, mais je trouve déplorable que dans ce pays, on ne donne pas aux médecins des conditions de travail qui favorisent un minimum une prise en charge humaine…

Bref, quand Chéri a fini par le joindre par téléphone, donc, il lui a expliqué que les risques qu’il nous avait dépeint étaient si rares (2 cas par an sur le caillou), qu’ils étaient quasiment nuls. Et que, en tout état de cause, l’avion n’augmenterait en rien ces risques-là. Que je pouvais donc partir tranquille.

Ce à quoi Chéri a quand même répondu qu’on aurait apprécié un discours moins alarmiste de sa part, parce que la conséquence avait été désastreuse pour nous, qui envisagions déjà l’arrêt définitif de notre parcours…

Il ne s’est pas excusé et a juste dit qu’il nous avait demandé d’attendre l’avis du staff. Ben oui, connard, après m’avoir brossé le portrait le plus négatif qui soit et m’avoir dit textuellement: « Ce qui vous attend, si ça arrive, en gros, c’est une vraie vie de merde! » (je cite…)

Mais bon, c’est nous qui avons paniqué pour rien… 6h entre ce rendez-vous et le SMS nous ont largement laissé le temps d’imaginer le pire, étant donné qu’il nous a même dit: « Comme je dis toujours, si j’étais à votre place… Si j’étais à votre place, ben je ne prendrais pas cet avion! C’est trop risqué! »

Il a précisé qu’il ne pratiquerait pas d’infiltration, car le risque de faire migrer le fragment était quand même là, et qu’aucun neurochirurgien ne prendrait un tel risque. En même temps, son infiltration, je n’en voulais plus !!

Selon lui, le dit fragment devrait se résorber tout seul, comme dans 90% des cas. OUF !!!

Bon, il a quand même accepté de faire un courrier pour plaider ma cause auprès de la compagnie aérienne: c’est bien urbain de sa part.

Bref, donc la bonne nouvelle, c’est que dans deux semaines aujourd’hui, nous prendrons finalement cet avion de tous les possibles…

Evidemment, je suis heureuse qu’on puisse voir nos familles, tenter notre chance, retourner dans ce pays qu’on aime tant… Il va juste me falloir un peu de temps pour retrouver la belle énergie que j’avais avant cet épisode inattendu et franchement déstabilisant.

Alors on retrousse ses manches, on respire un grand coup et on essaye de retrouver la pêche !!

abandon

Je vais essayer de ne surtout pas penser à la suite et à toutes ces fois où des rebondissements nous ont conduit vers une issue malheureuse… Non, on va prendre les choses step by step et advienne que pourra…

En tout cas, rien de mieux, pour espérer un regain d’énergie, qu’une chanson qui donne la pêche:

Alors bon, je vais me contenter de me dandiner dans ma tête parce que pour le moment, mon corps ne sera pas ravi si je me mets à me déhancher à la manière de Beyonce (comment ça, je ne suis pas capable me déhancher comme elle?), mais le coeur y est !!

Publicités