Mots-clefs

, , ,

La nuit fut courte et le réveil difficile. On ne se défait pas si facilement des vieilles habitudes de loose…

C’est difficile d’imaginer que tout peut être différent,  quand on a été abonné aux hécatombes embryonnaires dès J2.

Alors dès que l’heure fatidique à laquelle on a pu contacter la clinique a sonné, on s’est précipité sur le téléphone.

Il faut savoir que Chéri et moi, en anglais, comme dans toutes les sphères de notre vie, on se complète. Je comprends plutôt bien quand lui a plus de mal. Et il cherche moins ses mots quand moi je perds du temps et de l’énergie à essayer de formuler de jolies phrases.

Bref, aujourd’hui, c’est donc Chéri qui s’y est collé. Et j’espère qu’il a bien compris…

Parce que ce qui se produit est assez miraculeux. Sur nos 7 embryons, 4 sont très beaux à J3 et tous les autres sont encore dans la course, même s’ils se développent plus lentement.

C’est juste hallucinant pour nous…

Et ce qui est encore plus ahurissant, c’est de se dire que demain soir, nous serons si près de nos poussières de vie !!

Si près, aussi, de notre si cher ami avec qui on va passer ces quelques jours. De belles et émouvantes retrouvailles en perspective…

Et puis il y a cette rencontre programmée avec Anabelle.

Bref, tout va pour le mieux. On y est presque…

La suite lundi à 12h45 pour un transfert rempli d’espoirs.

image

Publicités