Mots-clés

, , ,

Avant toute chose, MERCI !!

J’ai ouvert ce blog pour de multiples raisons déjà évoquées ici. Et au début, il y a plus de deux ans déjà!, j’étais loin de me douter de la tournure que prendrait notre parcours, restant persuadée qu’un jour ou l’autre, tôt ou tard, la chance finirait par pointer le bout de son nez du côté du caillou…

J’étais également loin d’imaginer tout le soutien que je recevrais !!

D’ailleurs, tout comme je n’imaginais pas que l’histoire nous tiendrait en haleine aussi longtemps…, j’étais loin de me douter de toutes les belles rencontres, virtuellement réelles ou réellement virtuelles que j’allais faire. Certaines s’étant soldées par de vraies jolis moments partagés IRL…

Bref, tout ça pour dire que Chéri se joint à moi pour te dire à quel point chacun des messages de soutien reçus nous a permis de nous sentir moins seuls et ô combien ils sont importants pour nous en ces temps si difficiles…

Alors j’avoue, je suis trop épuisée pour répondre à chaque mail ou commentaire individuellement, mais je voulais que tu saches que dans le soutien il n’y a jamais de maladresse et que te lire est un précieux réconfort. Je tenais donc à te témoigner notre immense gratitude…

Sinon, comment on se sent?

Après un très long voyage bien éprouvant, physiquement car le vol était archi complet, et moralement, nous avons retrouvé le silence de notre maison jaune.

On est trop abasourdi pour penser et savoir ce que nous voulons vraiment aujourd’hui. On a sans doute besoin de temps.

Je crois qu’on est un peu comme des naufragés qui ne savent plus quelle direction prendre pour retrouver notre chemin…

En tout cas, j’espère que ceux qui me liront garderont à l’esprit que, pas plus que la FIV, le don n’offre de garantie. Les chances sont réelles, surtout en cumulatif (95% annoncés sur 3 essais, paraît-il). Mais il ne faut surtout pas négliger le facteur chance, celui-là même qui fait la différence dans chacun de nos parcours.

Et ne pas oublier tous ceux à qui la chance ne sourit jamais. Parce que nier leur existence serait nier leur souffrance…

Alors oui, parfois, avec un parcours qui s’éternise ou qui s’arrête subitement, on a peur de faire peur. Chapi l’a si parfaitement évoqué récemment.

Mais ce n’est pas contagieux et, surtout, fort heureusement, ça reste marginal et assez rare. Quoique, j’ignore si à ce jour il y a des statistiques officielles évoquant ceux dont on ne doit pas parler, ces parents sans enfants?

Bref, ne pas les oublier. Et arrêter avec les clichés à la con !!

Non ce n’est pas dans nos têtes, mais bien dans nos gamètes !! Et même que ce n’est pas que dans les utérus, mais aussi parfois dans les burnes !! Parfois, comme nous, tu peux même cumuler, c’est plus fun. Non, nous les femmes,  on n’est pas des grosses carriéristes qui tardent trop pour commencer les essais et qui n’ont que ce qu’elles méritent !! Non on n’a pas tous 40 ans. Ni même 25 ans.

En revanche, on souffre tous et toutes du même manque, d’autant plus quand on entrevoit définitivement sa vie sans enfant… Sans biberon, sans morve au nez, sans couches à changer. D’ailleurs,  si on se projette plus loin, on balaye tout de suite l’idée de ne jamais avoir de petits enfants et de finir comme deux vieux cons esseulés, avec la terreur de voir notre moitié partir avant nous. On balaye cette idée parce que ce n’est juste pas supportable…

Ces derniers jours post transfert et pré résultats, j’ai eu droit à cette vieille idée reçue de la part de notre entourage, qui pensait que c’était déjà in the pocket. Probablement que je le pensais moi-même secrètement. Ou tout du moins que je l’espérais fort…

Une amie m’a même laissé un message la veille de la prise de sang, en me disant qu’elle espérait que je n’avais pas trop de symptômes maintenant que j’étais enceinte !! WTF???

J’ai dû réfréner ses ardeurs, lui expliquant qu’en don, la grossesse, c’était comme les antibiotiques: pas automatique !!

Sa réponse: « Mais si, c’est une amie qui a eu ses enfants par don (FIV do 1 + TEV 1 = 2 bébés) qui m’a dit que c’était sûr: t’es enceinte !! »

Quand je lui ai annoncé l’échec par sms, je lui ai dit que j’espérais que sa collègue mesurerait la chance qu’elle avait eu…

Bon sinon, j’ai envoyé un mail au Dr Poule pour envisager la suite (formalités administratives pour l’inscription officielle sur liste d’attente pour le DO en local notamment) et il m’a répondu que la prise de sang à J9 c’était beaucoup trop tôt. Que je ne devais surtout pas arrêter les traitements (pourtant déjà arrêtés), et refaire une prise de sang à J14.

Ce à quoi, après quelques recherches liées à un très très léger regain d’espoir, j’ai fini par répondre qu’avec des blastos J5, J9 post transfert correspondait à J14 post ponction. Que c’était donc sans appel.

Évidemment, j’ai gogolisé pour être sûre de mon coup !!

Du coup, j’ai repris les médocs ce matin mais j’ai finalement une grande hésitation à poursuivre dans la mesure où je sais qu’il n’y a aucune chance.

Je dois admettre que je lui en veux un peu de nous avoir redonner un petit espoir, si infime fut-il…

Vivement l’arrivée du sang, qu’il accompagne une bonne fois pour toutes nos larmes.

Publicités