Suite au choc des résultats, une forme de déni s’est installé. Entre les bagages à faire puis à défaire, le voyage et les adieux, nous n’avons eu que peu de temps pour réaliser. Depuis hier, c’est très compliqué…

Les larmes coulent comme ça, sans crier gare, puis elles laissent place à un regard perdu dans le vide…

On a eu l’occasion de beaucoup discuter, avec Chéri, sur la suite de notre histoire. Après chaque échec, on avait toujours en tête la prochaine étape. Aujourd’hui, on ne sait plus vraiment ce qu’on veut et ce qu’on peut encore espérer…

Au cours de ces longs échanges, Chéri m’a confié l’envie de vous écrire et m’a demandé si je l’autorisais à s’exprimer ici, sur mon blog. Je lui ai lu chacun de vos messages de soutien et il a été extrêmement touché. Voici donc le message qu’il voulait vous transmettre aujourd’hui…

Voilà maintenant de longs mois, que dis-je, de longues années!, que j’entends d’une oreille attentive vos commentaires, réactions et autres soutiens que vous transposez sur le blog de mon amoureuse.

Je suis là, sans être là. Pas là par la parole ou l’écriture, mais partie intégrante de cette histoire de vie où je suis côte à côte avec ma chère et tendre moitié.

Tu vas sûrement te dire: « Mais que vient-il faire par ici celui-là? Quel est l’objet de sa visite sur cette tribune d’ordinaire si féminine? »

Je voulais simplement prendre la plume pour vous remercier toutes d’être là, de votre indéfectible soutien, de l’affection que vous nous témoignez.

Merci d’être là, pour elle que j’aime tant et qui a tant besoin de vous. Merci d’associer dans votre soutien l’illustre inconnu que je suis pour vous. Vous lui faites du bien et vous me faites du bien.

Il est très difficile dans ce douloureux parcours d’avoir un soutien et une écoute adaptés à ce que l’on ressent. Et qui de mieux placées que vous toutes, qui vivez chacune à des degrés différents des difficultés, parfois, à donner la vie, pour nous apporter un peu de réconfort?

Je n’ai jamais ressenti le besoin de retranscrire sur papier mes espoirs, ressentis, déceptions ou tout autre type d’émotions qui traversent notre coeur et notre âme dans ce parcours pmesque.

Mais je crois qu’aujourd’hui, sans votre présence, ce parcours ô combien difficile l’aurait été beaucoup plus.

J’aurais pu, ou plutôt j’aurais dû le faire beaucoup plus tôt. L’idée m’est apparue il y a seulement quelques jours. On va dire que j’ai été plutôt réactif pour une fois. 😉

Nous vivons actuellement le moment le plus douloureux de notre expérience pmesque. Je vous le redis donc encore une dernière fois: merci, merci, merci !!

Publicités