Voilà deux ans hier que, devant notre famille et nos amis réunis, nous nous sommes redit « oui ». C’était de ces journées magiques, qu’on voudrait pouvoir suspendre dans le temps…

Le jour de la Saint-Amour, quel symbole !!

Il se trouve que ces dernières quarante-huit heures ont été riches en émotions et ponctuées de petits cadeaux de la vie me donnant l’illusion que tout était réuni pour célébrer l’évènement.

Pour commencer, il y a quelques jours, une amie m’a contactée sur Facebook pour avoir des informations sur le don d’ovocytes. Je précise que notre relation a été compliquée ces derniers mois (rapport à une grossesse vécue dans un contexte très particulier et annoncée très maladroitement, ou plutôt jamais vraiment annoncée quoi…).

Pour resituer un peu les choses, à l’échec de FIV 4, plutôt que de nous confronter aux « Et alors? » remplis d’espoir de notre entourage, j’avais pris le taureau par les cornes en écrivant un mail annonçant la fin de notre parcours en France, et le possible recours au don.

L’idée n’était évidemment pas de faire un appel aux donneuses potentielles qui seraient susceptibles de me lire, mais juste d’informer sur la suite de notre parcours et de témoigner auprès des gens qui nous étaient proches de la réalité de ce que l’on traversait et que nombre de couples traversent également.

Il se trouve que le 13 novembre 2015, sombre journée dans l’histoire de ce pays, nous étions avec cette amie, qui m’avait questionné sur la suite de notre parcours et sur le don. Elle m’avait alors glissé: « Tu sais, moi, ça ne me dérangerait pas de donner! » J’avais un peu botté en touche parce qu’encore à l’époque, je crois que je ne m’estimais pas suffisamment pour accepter un tel cadeau. J’avais répondu que l’idée que quelqu’un que je connais donne pour moi était difficile parce que sans doute que je me sentirais à jamais redevable, sans jamais pouvoir rendre une aussi belle preuve d’attachement.

Et puis voilà qu’elle m’écrit pour me demander des informations. Je l’appelle pour qu’on en discute et j’apprends qu’elle y pense depuis mon fameux mail, qu’elle s’est déjà renseignée depuis longtemps sur le site http://www.dondovocytes.fr/ et qu’en gros, sa décision est prise, alors même qu’elle vient à peine d’accoucher…

La seule question qu’elle se posait ne concernait pas les démarches, puisqu’elle était déjà bien informée sur le sujet, mais juste savoir en quoi cela nous aiderait. WTF??? J’en suis restée bouche bée…

Son compagnon partage totalement cette envie et ils considèrent tous les deux que c’est tout à fait normal de faire un don quand on a été soi-même gâté par la vie !! C’est fou… Superbement fou…

Bref, donc je dois écrire à Dr Poule pour prendre des renseignements sur la suite et savoir quel est le délai pour le don, dans la mesure où elle a accouché le mois dernier.

C’est dingue parce qu’on n’est plus du tout proactif dans ce long cheminement, et on a l’impression que tout se décante doucement mais sûrement, maintenant qu’on n’attend plus vraiment… Ou plutôt qu’on attend sans attendre !

D’ailleurs, hier, j’ai fait une folie pour célébrer notre anniversaire. Je me suis rendue dans un dépôt vente d’articles de puériculture et j’ai acheté une table à langer et un lit… On s’autorise enfin à devenir parents parce qu’on le sent au fond de nos tripes, ce rêve n’a jamais été aussi proche de se concrétiser…

Et puis, on ne va pas se mentir, mais c’est aussi une manière de nous préparer à l’appel magique. Imaginer qu’on aura qu’une semaine pour tout préparer avant que bébé nous rejoigne dans la maison jaune, c’est beaucoup de stress !! Alors que là, sa petite chambre n’attendra que lui… Evidemment, il nous manquera beaucoup d’affaires, mais comme le disait Mme Bienveillance la dernière fois, « Pour commencer, l’essentiel est qu’il y ait un lit, des couches, de quoi manger et de l’amour! »

Alors c’est complètement dingo, mais je commence à m’autoriser à ressentir ces mots qui m’étaient inconnus jusqu’à présent: « On va avoir un bébé! » Tu y crois, toi qui me lis? ON VA AVOIR UN BEBE !!! J’y ai toujours cru, mais aujourd’hui, c’est une certitude ancrée au plus profond de moi…

D’ailleurs, pour me préparer à cette naissance, comme d’autres lisent Pernoud, pour ma part je dévore « La normalité adoptive », de Johanne Lemieux. J’ai même acheté le deuxième tome de son triptyque sur l’adopteparentalité.

J’ai même le projet de créer mon propre album d’adoption, grâce aux conseils avisés de certains copinautes qui m’ont laissé entendre que je pouvais me lancer. J’adore bricoler, mais je ne suis pas une experte en scrapbooking… Après, comme j’aime les défis, j’ai passé commande et j’attends avec impatience de recevoir mon colis pour me lancer.

Il faut savoir qu’il y a très trop peu d’ouvrages qui traitent de l’adoption. Que ce soit au niveau des albums de jeunesse, que des cadeaux à offrir quand l’enfant adopté est accueilli ou des livres informatifs. C’est là que je réalise à quel point les parents adoptifs sont une minuscule minorité…

Alors toi qui me lis, tu dois être un peu paumé peut-être. Don? Adoption?

A vrai dire, et il en a toujours été question, je répondrais « enfant » !! Peu importe comment il viendra bouleverser notre vie. On privilégie évidemment l’adoption, dans un premier temps. 3 à 4 bébés je le rappelle !!! 😀

Mais on laisse la porte ouverte au don, peut-être pour  petit deuz?

En tout cas, ce que je sais, c’est que je me sens pour le moment plutôt sereine et franchement heureuse de ma vie actuelle.

Les choses se passent comme elles doivent se passer… Ce n’est ni bien, ni mal. C’est juste…

paix place

 

 

Publicités