​Des semaines… Voire des mois !! Je me suis éloignée de ce blog qui a pourtant tellement compté parce que j’avais besoin de couper. Couper avec tout ce qui se rapporte de près ou de loin avec la PMA.

On ne s’en n’est pas forcément rendu compte quand on avait la tête dans le guidon pmesque, à enchaîner les essais  (et les échecs !), mais on a vécu ce parcours dans la violence. Violence des mots, violence des traitements et examens, violence des gestes, violence des résultats inférieurs à 2 ui.

On est toujours restés debout, unis, vaille que vaille !!

Aujourd’hui, on a appris à se reconstruire loin de la médicalisation.

Je me suis réappropriée mon corps si longtemps malmené et j’ai perdu 8 kg grâce à un simple rééquilibrage alimentaire. Étant en vacances en métropole, je vais forcément en reprendre, mais ce n’est pas très important puisque aujourd’hui, j’ai un minimum de contrôle sur ce corps qui m’appartient de nouveau.

Juste avant notre départ, les nouvelles concernant notre projet d’adoption n’ont pas été celles que l’on espérait.

Pour résumer, une collègue m’avait mis dans la tête qu’elle avait rêvé à plusieurs reprises que je deviendrai maman en décembre. « Je fais parfois des rêves prémonitoires », avait-elle ajouté, pour donner plus de poids au secret espoir qu’elle insufflait.

On se disait qu’il fallait raison garder. Jusqu’à ce qu’on partage un déjeuner avec cette copine assistante sociale, qui récemment a rencontré une petite princesse magnifique née sous X, et qui était persuadée que le destin de cette princesse et le nôtre seraient liés.

« J’en ai vu d’autres, mais là, je ne saurais pas expliquer pourquoi, je suis persuadée que c’est elle… »

Quand tu es dans l’attente passive d’une adoption, la plupart des gens ne t’en parlent pas. C’est LE sujet tabou par excellence.

Et puis il y a ceux qui t’en parlent pour insuffler un espoir que tu essayes de mettre en sourdine en restant réaliste et objectif et BING !! Ceux-là feraient finalement mieux de se taire…

Juste avant notre départ en métropole pour les fêtes, j’ai contacté Mme Bienveillance. Une petite voix sourde murmurait au fond de moi que peut-être nous devrions annuler notre voyage… C’est avec cet espoir étouffé que je l’ai entendu me dire: « Vous pouvez partir tranquille ! Il n’y aura pas de conseil de famille avant février ! C’est très rare, mais cette année il y a eu 5 rétractations… »

Qu’il n’y ait pas de conseil de famille avant février, soit. Mais pourquoi me parler de ces 5 espoirs envolés quand nous avions estimé nos chances à 3-4 bébés ?

Petite aparté pour les non initiés : le conseil de famille est chargé de désigner une famille pour la vie pour un enfant né sous X.

Le conseil comprend en tout huit membres, soit :

– 2 conseillers généraux désignés sur proposition du président du conseil général ;
-1 membre de l’association d’entraide des pupilles et anciens pupilles du département ;
– 2 membres d’associations familiales, dont une association de familles adoptives ;
– 1 membre d’une association d’assistantes maternelles ;
– 2 personnalités qualifiées en matière de protection de l’enfance et de la famille.

Bref donc autant te dire que l’annonce de ces 5 rétractations rarissimes a été un uppercut qui aura fait couler les larmes dans mes yeux devenus arides.

J’étais à 2 doigts d’écrire à Mme Bienveillance pour lui dire qu’on laissait tout tomber. Qu’après tout on avait trouvé notre équilibre sans enfant et qu’on en avait ras le boule des espoirs déçus.

Évidemment, tu t’en doutes, j’ai su raison garder…

Depuis notre projet est pas mal malmené. Notre famille semble découvrir qu’on a déjà notre agrément depuis 2 ans et demi. Et ils commencent à se projeter sur l’arrivée d’un enfant « coloré »…

Vivant dans un dom, il y a environ 95% de chance que notre enfant soit métissé. Ce qui a toujours été une grande joie pour nous !!

Mais j’avais oublié qu’en métropole règne un climat raciste et intolérant.

Chez nous, que tu sois blanc, noir, jaune ou rouge, on s’en moque. On vit tous en relative harmonie et c’est un plaisir pour la maîtresse que je suis de voir au quotidien tout ce métissage symbole de tolérance et de liberté. 

Alors, quand ma nièce de 10 ans m’a dit: « Vous allez adopter un enfant noir? Je ne veux pas le voir si il est noir ! Et puis de toute façon ce ne sera pas votre enfant puisque tu ne l’auras pas porté. Ce n’est pas votre enfant biologique donc ce n’est pas votre enfant! »
Quoi de plus violent entre ces mots remplis de préjugés et d’intolérance, et le silence gêné de ma frangine qui n’est pas du tout intervenue pour recadrer le débat, me laissant me justifier et défendre mon projet toute seule?

Seule…

Ma tante aussi, lors d’un repas dominical, y est allée de son petit mot encourageant et rempli de bienveillance : « J’espère qu’il ne sera pas trop noir… »

Quant à mon frère, sous couvert d’humour, on s’est entendu dire: « Vous allez nous ramener un banania !! Lolilol »

Ma belledoche et l’oncle de mon amour se sont contentés de crier haut et fort: « De toute façon, loin des yeux, loin du coeur! »

J’avais préparé une lettre que je souhaitais donner à nos familles le soir de Noël. Dans cette lettre je donnais la parole à notre enfant qui devrait nous l’espérons entrer dans nos vies en cette année à venir. Je compte la modifier pour régler mes comptes une bonne fois pour toute avec ces membres de notre famille dans laquelle on ne se reconnaît plus.


« Loin des yeux, loin du coeur »
, paraît-il…

Bref, ce Noël ne s’annonce ni féerique ni magique mais OSEF: on se casse en Islande dans quelques jours !!!

Terminé les privations pour entretenir un lien déjà rompu. On pense à nous et notre petit qui viendra bientôt bouleverser nos vies. Le reste importe peu. On va vivre notre vie pour nous 3 et tout ceci ne fait que renforcer un peu plus cette famille en devenir que nous sommes déjà…

Je vous souhaite à tous de belles fêtes. Que cette année 2016 laisse place à plus de bienveillance et de douceur. Et que chacun arrive à trouver ce Bonheur qui finalement ne dépend que du regard que l’on pose sur les choses qui nous entourent.
Une pensée particulière à ceux qui traversent des moments difficiles en cette période de fêtes… 

Publicités