Je ne sais pas par où commencer… Des semaines de silence font que j’ai cette drôle d’impression de vous être infidèle… Je suis si peu présente pour suivre vos aventures…

La vérité c’est que depuis le dernier échec donesque, Chéri et moi avons repris notre vie en main. On s’adonne chacun de notre côté à nos passions respectives: la course de montagne pour monsieur, la cause animale (si tant est que ce soit une passion…) pour madame !!

Parallèlement, on vit !! On ne s’est jamais vraiment arrêté durant notre parcours et c’est ce qui nous permet d’être toujours debout et d’être heureux malgré le manque et le vide. Je dois avouer d’ailleurs que je ne ressens pas vraiment ce manque ni ce vide… Je me demande même parfois si le désir est toujours là. Pourtant, je sais qu’on sera les plus heureux du monde le jour où la sonnerie du téléphone retentira !! Mais je crois qu’on a accepté notre vie comme elle est aujourd’hui…

Parfois, au détour d’une discussion de milk, je peux me sentir exclue. Mais sinon, je vis plutôt bien la situation.

Il faut dire que nous avons toujours eu la conviction que nous serions parents un jour ou l’autre. C’est cette certitude, à laquelle on se raccroche, qui rend l’attente plus douce.

On a parfaitement conscience que notre vie pourrait basculer du jour au lendemain. Et ce n’est pas imagé !! Quand un couple confronté à l’infertilité obtient enfin le St Graal d’une grossesse en regardant incrédule le résultat d’un TG ou d’une prise de sang, sa vie commence à basculer. Au début, il ne s’autorise pas à se projeter « parce qu’on ne sait jamais… »

La vie s’est souvent chargée de rappeler aux couples empêtrés dans un parcours pmesque à quel point elle pouvait être fragile…

Doucement mais sûrement, d’échographie en échographie, l’espoir grandit et on s’autorise à y croire timidement, puis de plus en plus au point de commencer à zieuter les magasins de puériculture.

Alors que quand on est dans un parcours d’adoption consécutif à des années de galères et d’échecs, on est confronté à un drôle de paradoxe. A la fois le parcours semble interminablement semé d’embûches, et à la fois tout finit par aller très vite.

9 mois pour une grossesse. 4 jours pour une adoption.

Alors depuis quelques mois, on vit dans l’incertitude de savoir quand on recevra l’appel qui fera basculer notre vie du jour au lendemain. Sans paniquer, sereinement.

On a acheté le berceau, la table à langer et un transat de compétition. Les doudous sont dans la place. On rassemble les vêtements que les amis ont conservé pour nous, en sélectionnant ceux qui sont le plus neutre possible. Un cheval à bascule trône dans THE chambre, côtoyant le joli mobile acheté lors de notre voyage de noces et le bel abat-jour qui se voudra rassurant le jour où…

Ce jour pourrait d’ailleurs arriver plus vite que prévu…

Vendredi dernier, comme chaque début d’année, j’ai contacté Mme Bienveillance pour faire le bilan de l’année précédente. Elle m’a annoncé que seulement 2 adoptions ont été prononcées en 2016. C’est peu…

Mais 2017 semblerait être un bon cru puisque de nouvelles adoptions ont eu lieu. Et il y a eu plusieurs accouchements sous X depuis… Ce qui a amené Mme Bienveillance à me dire: « Votre dossier va sortir: préparez-vous ! »

Quand j’ai entendu ces mots, je n’ai pas réalisé. J’étais avec une amie. Elle m’a demandé ce que je ressentais mais je crois que je ne ressentais pas grand chose sur l’instant. Ce n’est qu’une heure plus tard, avec un sourire niais, que je me suis entendue dire ces trois mots remplis d’émotion : « Je suis contente… »

Alors voilà, on n’en sait toujours pas plus, mais j’ai désormais la quasi certitude que 2017 fera de nous des parents !!

Mme Bienveillance s’est tout de même montrée prudente en ajoutant: « Je ne veux pas vous donner de fausse joie… » Elle ne pouvait pas tenir un autre discours.

Depuis, une connaissance m’a dit que ses voisins avaient récemment adopté sur le caillou. Quand je lui ai demandé, elle m’a dit qu’une fois qu’on leur a dit de se tenir prêt, tout est allé très vite: un mois plus tard ils devenaient parents…

Alors on ne sait pas quand ce sera notre tour, mais on est serein et remplis d’espoir !!

On commence à se poser des questions qu’on ne s’était jamais autorisés jusqu’ici: quel mode de garde? Quelle organisation au niveau du travail? Quelles aides espérer? Rédiger une liste d’adoption ou pas?

Bref, on se tient prêt…

Publicités